lizetloiseaubleuafficheUn des éléments les plus fascinants dans le cinéma japonais, et en particulier celui d'animation, est l'absence parfois totale d'éléments explicites en rapport avec les rapports amoureux ou la sexualité. Pas le même le début d'un baiser, même dans un récit débordant d'une certaine sensualité. La même histoire racontée par un Occidental comporterait une dimension « romantique », voire carréement « érotique ». Un exemple frappant est donné par Liz et l'Oiseau Bleu, une histoire d'amitié entre deux lycéennes, d'une innocence totale au premier degré,... mais d'une grande ambiguïté si on creuse un peu. Et c'est bien de cette dernière qu'il tire tout son intérêt.

Les premières minutes de Liz et l'Oiseau Bleu nous incitent à nous demander ce que peut bien vouloir nous raconter Naoko Yamada, réalisateur du très remarqué Silent Voice. Puis les événements prennent sens et on comprend le fond du propos. Un propos à première vue assez gentillet sur l'affirmation de soi, mais qui prend une toute autre dimension si on y voit aussi une dimension amoureuse, jamais évoqué, mais que l'on peut facilement glisser entre les mots. Cela donne une tension dramatique supplémentaire à l'histoire qui nous y fait pleinement entrer. L'habilité du récit qui apporte un retournement final de perspective fait le reste pour nous livrer un joli moment qui va au-delà de la bleuette pour adolescentes qu'il paraissait être.

lizetloiseaubleuLe graphisme de Liz et l'Oiseau Bleu confirme la volonté de renouer avec un trait « à la main », loin du tout numérique qui semblait être devenu la norme. C'est doux et apporte une dimension poétique supplémentaire. Cela manque peut-être parfois quelque peu de personnalité, mais cela n'agresse jamais les yeux en tout cas. On peut facilement penser que la distribution de ce film en France tient beaucoup au succès de Silent Voice. Il constitue certainement une œuvre mineure comparée à ce dernier, mais assez agréable pour se laisser porter par cette histoire touchante sur les renoncements qu'il faut parfois consentir pour grandir et avancer.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Production : Hibike! Production Committee
Distribution : Eurozoom
Réalisation : Naoko Yamada
Scénario : Reiko Yoshida
Montage : Kengo Shigemura
Photo : Kazuya Takao
Musique : Akito Matsuda, Kensuke Ushio
Directeur artistique : Mutsuo Shinohara
D'après l'œuvre de Ayano Takeda
Durée : 90 min

Casting :
Miyu Honda : Liz
Atsumi Tanezaki : Mizore
Nao Tayama : Nozomi

Comments
Search
Only registered users can write comments!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."