asinglemanUn film aussi psychologique et intimiste soit-il souffrira d’une trame narrative trop prévisible, à l’instar de n’importe quel thriller. Une histoire, c’est une voyage pour lequel connaître la destination final gâche une large part du plaisir. C’est malheureusement le cas de A Single Man, dont l’issu global est absolument sans surprise, malgré un ultime rebondissement moins prévisible, mais qui ne change pas grand chose au fond.

George Falconer est un homme en deuil dans le Los Angeles des années 60. Il a récemment perdu son compagnon dans un accident de voiture. L’homosexualité n’étant pas vraiment accepté, il ne peut assumer son chagrin au grand jour. Alors il fait semblant de vivre. Jusqu’au jour où il décide d’en finir.

A Single Man nous fait vivre ce qui doit être la dernière journée de George Falconer. Ou alors on peut le voir comme étant le récit de la façon dont il va reprendre goût à la vie. Mais le problème est que le projet de suicide n’est vraiment révélé qu’après que la raison évidente qui le poussera à renoncer soit connue. Bref, jamais le film ne maintient un semblant de tension narrative. Tom Ford essaye bien de faire comme si, mais le spectateur n’est pas dupe et s’ennuie ferme.

A Single Man aurait pourtant pu être un film riche car beaucoup de thèmes sont abordés : l’homosexualité, la mort, le deuil, l’amour, l’amitié, l’attrait de la jeunesse… Mais tout ses éléments se superposent mais sans vraiment rien dire, sans vraiment creuser. Tout semble broder pour tisser un semblant d’épaisseur à partir d’une idée de base, qui est malheureusement, comme déjà évoqué, absolument sans surprise. Bref, le film reste simplement contemplatif face à son personnage dont le destin pourra toucher un certain nombre d’entre vous, mais en laissera également indifférent plus d’un.

asingleman2A Single Man donne largement l’occasion à Colin Firth de briller. En effet, il est présent à l’écran 99% du temps. Alors il met tout son talent au service de son personnage, il lui donne une âme, mais il peut combler à lui seul le vide du scénario. Parfois, la déprime de son personnage semble le rattraper et ses yeux de faons malades apparaissent presque comme un appel au secours pour qu’on le sorte de là. Il arrive tant bien que mal au bout des 90 minutes de ce film, heureusement plutôt court, et on est aussi soulagé pour lui que pour soi-même.

La caméra de Tom Ford donne pourtant à A Single Man une grande élégance visuelle. Mais là encore, tout semble bien vain tant le fond est faible. Les effets de style n’arrivent pas à nous le faire oublier et sonnent parfois comme des excuses du réalisateur pour l’ennui dans lequel il nous plonge. En fait, tous les éléments de ce film nous donnent l’impression d’être inaboutis, un puzzle dont on ne se serait pas donner la peine d’assembler correctement les morceaux.

En fait, si je voulais vraiment être méchant avec A Single Man, je dirais simplement qu’on dirait un film français. Et oui, je suis dur parfois…

Fiche technique :
Production : Fade to Black, Depth of Field, Im Global
Distribution : Mars distribution
Réalisation : Tom Ford
Scénario : Tom Ford, David Scearce, d'après le roman de Christopher Isherwood
Montage : Joan Sobel
Photo : Eduard Grau
Décors : Dan Bishop
Musique : Abel Korzeniowski Shigeru Umebayashi
Durée : 90 mn

Casting :
Colin Firth : George
Julianne Moore : Charley
Nicholas Hoult : Kenny
Matthew Goode : Jim
Jon Kortajarena : Carlos
Paulette Lamori : Alva 

Comments
Search
Only registered users can write comments!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."