googleJ’étais sur le point d’écrire un article pour vous raconter ma matinée, qui s’est finie sur ce que je voulais, mais qui ne s’est pas du tout déroulée comme prévu. Et puis, je me suis dit, que, même si j’imagine très mal un de mes administrateurs lire ces quelques lignes, il est peut-être bon d’éviter de publier un papier sur ses employeurs accessibles à tous, y compris eux.

Du coup, je me suis demandé si jamais un employeur potentiel voulait en savoir plus sur moi par l’intermédiaire d’Internet, quel image aurait-il. Je me suis donc googlé. Bon, ce n’est pas la première fois, mais j’aime bien le faire de temps en temps pour voir l’évolution.

Pendant longtemps, cet exercice fut assez mauvais pour ego, puisque je tombais essentiellement sur des liens renvoyant vers le livre écrit par mon oncle, Jean Bouffartigue, sur l’empereur Julien. Désormais, il faut aller en page 3 pour en trouver trace, c’est quand même beaucoup plus flatteur. Je suis également heureux d’apprendre que j’apparais sur 11 800 pages… Bon ok, si je limite ma recherche à l’occurrence exacte « Julien Bouffartigue », ce chiffre tombe à 731, mais franchement qui utilise cette option sous Google… Les gens intelligents certes, mais bon, on s’éloigne du sujet là !

Premier résultat… mon site ! Logique me direz-vous, mais ça n’a pas toujours été le cas. Evidemment, cette porte ouverte sur moi-même permet à n’importe qui de savoir que j’adore les Chevaliers du Zodiaque et que je collectionne les figurines, mais bon j’assume. A la fois, on voit surtout que j’aime Audrey Hepburn et la politique. Et puis, de toute façon, j’assume, je vous dit ! Par contre, il faudra m’expliquer pourquoi la page associée est ma critique d’Un Singe en Hiver. Les mystères  de Google…

Deuxième résultat, ma biographie… Dis comme ça, ça en jette un max. Bon il s’agit plus modestement de la petite présentation de moi-même que j’avais écrit dans le cadre des élections municipales et qui est encore présente sur le site de notre groupe municipal. Mais bon, si vous voulez un court résumé de ma vie, c’est l’endroit où aller.

Troisième résultat, mon profil Viadeo… Là c’est déjà plus étonnant puisqu’il n’y a rien dedans ou si peu. Comme quoi la pertinence des résultats sous Google reste à améliorer.

Quatrième résultat, un lien vers la page Facebook consacrée aux Chouans de Balzac… Qu’est ce que ça fout là me direz vous ? Je me suis demandé ça aussi, avant d’aller voir de plus près et m’apercevoir que Facebook a crée un lien vers la page de mon site consacrée à ce livre et que j’avais publiée sur mon mur. Sur le coup, je me suis dit qu’ils étaient quand même gonflés, avant de me rappeler que je donne le statut le plus ouvert possible à ce genre de publication. Et puis cela prouve à quel point mon site est une référence sur le web… Ok, c’est bon, laissez-moi rêver.

Cinquième et sixième résultats, le site de la mairie et l’annuaire des mairies de France. Là, c’est logique, c’est même étonnant que ça n’apparaisse pas plus haut.

Septième résultat, le site de ma boîte que j’ai fait avec mes petits doigts… Le site, pas la boîte. Enfin quoique… Là encore, il y’a quelques lignes sur ma vie, mon œuvre, mais c’est quand même beaucoup moins personnel que pour eux.

Huitième résultat, un page 123people, sauf que ce n’est pas la mienne, mais celle d’un autre élu viroflaysien. C’est trop injuste, vu que moi aussi, j’ai ma page 123people ! Bon, il n’y a vraiment pas de quoi être fier, surtout que ce site est quand même un des plus inutiles qui soit.

Neuvième résultat, le classement d’un concours sur le site vos-gencives.com… Bon comment dire, on tombe ici dans le sans intérêt alors on va s’arrêter là !

Et dire qu’il va falloir attendre 2012 pour que le site de l’Elysée figure dans cette liste…

Comments
Search
Only registered users can write comments!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."