SEULE LA VICTOIRE EST BELLE

regionales2010Vous l’aurez sûrement remarqué… Non en fait, c’est peu probable, mais bon, j’aime bien rêver parfois. Bref, je reprends. Vous l’aurez peut-être (c’est déjà mieux) remarqué, mais je n’ai pas du tout parlé des Régionales sur ce blog. J’avoue, c’était délibéré car j’aurais forcément du évoquer la victoire qui se dessinait et, par superstition, j’ai préféré m’abstenir.

A ce résultat, je vois trois explications :

– déjà, l’avantage du sortant. Mine de rien, ça compte car beaucoup d’électeurs non politisés ont tendance à voter pour l’élu déjà en place et qu’ils connaissent. Cet effet fut ici plus faible que pour une élection municipale, mais non nul.

– ensuite, la faiblesse de l’adversaire… Bon, là je ne parle même pas de notre cher et tendre gouvernement, mais bien de la campagne locale de l’UMP (évidemment, je parle de l’Ile de France, je n’ai pas été voir ailleurs). Les mauvais choix de campagne, des tracts ne parlant que du bilan de Huchon en termes mensongers, la brillante sortie sur Ali Soumaré… Bref, pour arriver à faire voter les Hauts de Seine majoritairement à gauche, fallait quand même pas être super brillant

– enfin, la campagne socialiste qui a été bonne. Il faut dire qu’après les Européennes, où on avait touché le fond à beaucoup de niveaux, on ne pouvait que faire mieux. Bon bilan déjà, bonne communication, bons tracts, bonne mobilisation… Bref une vraie bonne campagne, même si on sait bien que l’impact des actions militantes de terrain restent toujours limité. Mais bon, je me suis assez gelé les doigts ces deux derniers mois à distribuer des tracts pour avoir le droit de revendiquer une part, même infime, de responsabilité dans ce succès.

Et puis, la petite…grosse satisfaction, c’est le score à Viroflay. Certes, il se situe dans la droite lignée du reste de l’Ile de France, et nous ne sommes pas la seule commune à avoir affiché un score qui semblait jusque là inaccessible. 47,2% pour la gauche à Viroflay, c’est du jamais vu. Le précédent record dans nos archives étaient un 43,9%, à la Présidentielle de 1981. Evidemment tout ça est à relativiser et reproduire un tel score aux municipales est infiniment plus facile à dire qu’à faire. Enfin, ça donne un peu d’espoir.

Naturellement, il ne faut pas non plus oublier les deux mauvaises nouvelles de ce scrutin. L’abstention évidemment, même si le problème est plus ancien et plus profond que cette campagne. Mais bon, personnellement, je n’ai vraiment aucune mansuétude pour les abstentionnistes. Nous sommes une démocratie qui fonctionne, c’est une chance incomparable. Les élus portent bien leur nom, ils sont élus… Alors leurs décisions sont aussi les nôtres, qu’on le veuille ou non. Si les hommes politiques au pouvoir ne sont pas bons, ce sont nos critères de choix qui sont à revoir.. Enfin tout cela est un autre débat et méritera sûrement un billet à part.

L’autre mauvaise nouvelle réside dans le bon score du Front National. La bête immonde a la vie dure. Le plus surprenant est sa progression entre les deux tours alors que, traditionnellement, son score faiblit lors des seconds tours, beaucoup de ses électeurs se rabattant sur un vote utile. C’est dire à quel point la droite sarkoziste est rejetée par son propre camp. C’est dire aussi à quel point le con est un animal répandu parmi nous. Rien n’excusera jamais le vote FN !  

C’est avec impatience que l’on attendait la réaction du gouvernement après cette branlée historique (oui, allez je me lâche). Et il ne nous a pas déçu. A l’image du discours de l’UMP lors des soirées électorales à la télévision, c’est tout va bien, j’ai rien entendu, je ne change rien… A part Xavier Darcos… J’aurais jamais cru jamais avoir de l’empathie pour ce type, mais grâce à Sarko, c’est le cas. Il est très fort ! Sérieusement, mettre Eric Woerth aux affaires sociales, Monsieur « je ne remplace qu’un fonctionnaire sur deux et je vous emmerde ! » se situe entre la pure provocation et la connerie la plus profonde.

Pour finir, je citerai Pierre Moscovici qui ne voit pas comment Sarkozy pourrait gagner en 2012, mais qui voit encore très bien comment le PS pourrait perdre. Alors dès demain, le combat continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.