LA CONSPIRATION DU CAIRE : Noir égyptien

La Conspiration du Caire affiche

Le cinéma nord-africain est considérablement plus discret sur nos écrans que ce que les liens culturels forts que nous entretenons avec cette partie du monde pourraient laisser supposer. Sans doute, est-ce lié au peu de productions locales, faute de moyens. Ceci est vrai pour le Maghreb, mais aussi l’Égypte qui n’a longtemps existé pour le 7ème art mondial qu’à travers Youssef Chahine. Elle est apparue sur le devant de la scène en 2017 avec le Caire Confidentiel. Certes, son réalisateur, Tarik Saleh, est en réalité suédois. Mais il revient avec La Conspiration du Caire, montrant à quel point il reste attaché à ses racines (bien qu’il soit interdit de territoire en Égypte). Il reste surtout attaché à la volonté de nous offrir d’excellents films.

Noir, c’est noir

La Conspiration du Caire est un film noir d’un grand classicisme dans les éléments qu’il met en scène : le flic à l’éthique borderline, des adversaires ambigus, un jeune innocent qu’il ne l’est peu-être pas tant que ça finalement… C’est bien le décor qui est plus inhabituel, puisque le film nous emmène dans une des principales universités coraniques de la capitale égyptienne, potentiellement infiltrée par les Frères Musulmans. Le film repose sur un vrai fond géopolitique, mais que ceux que ça peut rebuter se rassurent. Il s’agit ici avant tout d’un pur polar.

Continue reading LA CONSPIRATION DU CAIRE : Noir égyptien

R.M.N. : 50 nuances de gris

R.M.N. affiche

Dans un monde où la vision manichéenne prend de plus en plus de place, il est bon de se confronter à des propos qui renvoient tout le monde dos à dos, où du moins chacun à ses propres travers. R.M.N. est le nouveau film du réalisateur roumain Cristian Mungiu, récompensé par la Palme d’Or à Cannes en 2007 pour 4 Mois, 2 Semaines, 2 Jours. Si c’est le Suédois Ruben Östlund et son Sans Filtre qui a eu droit à une deuxième consécration sur la Croisette, on peut s’étonner que le Roumain soit reparti sans le moindre prix. Avec ce film, le réalisateur livre une vision sans grande concession de ses compatriotes, du racisme qui les habite, de leur absence d’empathie ou de conscience des enjeux écologiques. Mais sa vision de ceux prompts à leur faire la leçon n’en est pas moins cinglante. Un match nul salutaire.

Cinglante ironie

Ceux qui ont vu 4 Mois, 2 Semaines, 2 Jours ne s’imaginent pas vraiment son auteur signer un jour des films légers et drôles. Ce n’est effectivement toujours pas le cas avec R.M.N. Le film est cependant parcouru d’une ironie cinglante qui peut faire sourire parfois. Il tourne en ridicule les indignations hypocrites de ceux qui ne cherchent qu’à cacher leur égoïsme et leur bêtise. Mais comme tout le monde en prend pour son grade, on en vient à se demander si on n’aurait pas pu nous aussi être dépeint avec le même mordant par Cristian Mungiu. Cela rend les choses un peu moins amusante d’un coup, mais cela donne beaucoup à réfléchir.

Continue reading R.M.N. : 50 nuances de gris

L’INNOCENT : Se méfier des apparences… ou pas…

L'Innocent affiche

Il ne faut jamais se fier aux apparences, voilà une leçon offerte par beaucoup d’histoires. Elles cherchent à nous éloigner de nos préjugés. À nous pousser à juger les personnes sur ce qu’elles ont vraiment au fond d’elles. Intention louable quand on connaît le nombre de personnes souffrant de discriminations bêtes et méchantes. C’est à nouveau le cas de l’Innocent, qui nous parle du jugement immédiat que l’on porte sur les personnes sortant de prison. À moins que… Parce que ce film, comme toutes les bonnes histoires, n’est pas forcément ce qu’elle semble être à première vue. Et la morale n’est pas non plus forcément celle attendue.

Interdit de divulgâcher

Toute personne divulgâchant l’Innocent devra donc être jugée coupable de haute trahison cinématographique. Le scénario n’est pas celui du Sixième Sens, mais il reste néanmoins très bien écrit, apportant son lot de surprises. Il se situe sur le registre de la comédie. Pas de gags à proprement parler, mais quelques numéros d’actrices et d’acteurs assez savoureux. La principale qualité du film est celle de ses personnages. Mais également celles des situations dans lesquelles, le scénario s’amuse à les placer. Les événements vont crescendo avant un final particulièrement réussi et réjouissant.

Continue reading L’INNOCENT : Se méfier des apparences… ou pas…

EO : Un certain regard

Eo affiche

Certains points de départ de film peuvent laisser perplexe. Ainsi, c’est l’histoire d’un âne qui parcourt la Pologne ne donne pas forcément envie de se précipiter dans une salle obscure pour assister à un tel spectacle. C’est pourtant bien le point de départ d’EO, qui est en fait une nouvelle version d’un film français de 1966, Au Hasard Balthazar, réalisé par Robert Bresson. Mais récompensé à Cannes par le Prix du Jury et bénéficiant de bonnes critiques presse et spectateur, il est possible de se dire que finalement, ça mérite le coup d’œil.

Un regard sur nous-mêmes

EO utilise le procédé du regard extérieur pour souligner les petit travers et même les vices les plus sombres de l’espèce humaine. Il est d’autant plus extérieur, qu’il vient cette fois d’une autre espèce, à la nature paisible et affectueuse. On peut voir dans ce film également une réflexion sur la condition animale. Bien sûr la thématique n’est pas absente, mais elle implique ici trop d’anthropomorphisme pour se montrer totalement pertinent. En tout cas, le procédé fonctionne ici très bien, provoquant des émotions variées chez le spectateur : joie, tristesse, mélancolie, colère… Ce regard détaché sur des événements a priori ordinaires leur donne un impact que l’on aurait pas soupçonné.

Continue reading EO : Un certain regard

UN BEAU MATIN : Construction, déconstruction

Un Beau Matin affiche

Le moins que l’on puisse dire est que les artistes ont plusieurs fois leurs chances de faire leurs preuves auprès de moi. Je suis capable de continuer à lire des livres, écouter des albums ou bien encore voir des films signés de la même personne, même quand je n’ai pas vraiment apprécié ses œuvres précédentes. Ainsi, le fait de n’avoir jamais trop aimé les films de Mia Hansen-Løve (notamment un Amour de Jeunesse ou Bergman Island) ne m’a pas découragé d’aller voir un Beau Matin, en espérant que cette fois, je mêle mes louages à celles formulées par ailleurs par les critiques. Et bien, pour une fois, ma persévérance a eu du bon car ce film est incontestablement réussi et profondément touchant. Il marque par sa richesse et un propos loin de tout lieu commun. Cette fois-ci, la réalisatrice a utilisé sa sensibilité à très bon escient.

Mouvement perpétuel

Un Beau Matin nous raconte finalement deux histoires en une. Ou plutôt le double bouleversement qui vient frapper la vie du personnage principal. La jeune femme voit d’un côté le lien avec son père, atteint d’une maladie neurodégénérative, se déliter doucement et de l’autre la relation qu’elle a avec un vieil ami, pourtant marié, changer profondément de nature. Construction et déconstruction vont marquer cette histoire, fait d’allers et retours, d’éloignements de rapprochements. Ce mouvement perpétuel donne son souffle à cette histoire qui véhicule beaucoup d’émotion, sans misérabilisme. Si le sujet et son traitement pourrait de faire de ce film une caricature de film français, on peut aussi se dire que s’ils étaient tous de cette qualité, il y aurait moins de raison d’ironiser à leur sujet.

Continue reading UN BEAU MATIN : Construction, déconstruction

JACK MIMOUN ET LES SECRETS DE VAL VERDE : Aventures rétros

Jack Mimoun et le Secret de Val Verde affiche

Dans les années 80, la comédie d’aventures était un genre qui avait le vent en poupe. On pense évidemment à Indiana Jones, mais on trouvait des productions encore plus orientées vers l’humour, comme A la Poursuite du Diamant Vert ou encore les Goonies, soit autant de films culte pour les gens de ma génération. Tout cela est désormais quelque peu tombé en désuétude. C’est donc avec un peu de nostalgie que l’on peut aller voir Jack Mimoun et les Secrets de Val Verde. Un film qui ne va pas rentrer dans les annales du 7ème art, mais offre un pur divertissement qui se laisse regarder avec grand plaisir. Surtout que les moyens ont été mis pour que les décors paraissent suffisamment convainquant pour se prendre au jeu de ces aventures un rien burlesques.

1er degré rythmé

Jack Mimoun et les Secrets de Val Verde n’est pas dénué de certaines lourdeurs. L’humour est quand même orienté premier degré et ne fait pas toujours dans une finesse absolue. Mais, même si on parfois honte de le reconnaître, on rit d’un rire franc et sincère. On n’échappe pas à tous les clichés du genre et tout est très attendu, de la morsure de serpent au pont suspendu, mais fonctionne plutôt bien. Le film est rythmé, les gags s’enchaînent et donnent du souffle à l’aventure en tant que tel. On reprochera juste des rebondissements qui se voient arriver de très loin. Cela met en exergue les faiblesses du scénario, qui se contente de surfer sur l’humour.

Continue reading JACK MIMOUN ET LES SECRETS DE VAL VERDE : Aventures rétros

TORI ET LOKITA : La misère du monde

Tori et Lokita affiche

Les frères Dardenne ne sont pas connus pour nous offrir des films légers, joyeux et rigolos, célébrant la fraternité et l’amour entre les individus. Cela ne va pas changer avec Tori et Lokita. Et si vous attendiez une forme un peu plus attractive et spectaculaire, ce ne sera pas le cas non plus. Par exemple, toujours pas de musique à l’horizon. En un mot, un long métrage dans la lignée du reste de leur filmographie. En tout cas, on ne pourra pas les accuser de tromper le spectateur. Mais ceux qui savent apprécier l’immense talent qui réside derrière cette austérité trouveront bien des mérites à ce film.

Le monde tel qu’il est

Le principal reproche adressé aux Frères Dardenne est un excès de misérabilisme. En montrant la cruauté du monde sans fard et en dessinant rarement des chemins vers le bonheur pour leurs personnages, ils font naître une émotion brute qui vous tombe dessus avec force. Mais de force à forcée, il n’y a qu’un pas. On peut y voir un manque de subtilité, le tout noir ne valant pas mieux que le tout rose, la vie étant faite de nuances de gris. Pour Tori et Lokita, le débat peut être ouvert. Néanmoins, l’attachement que l’on ressent pour les personnages est tellement profond qu’on ne peut échapper à une émotion tout aussi profonde, mais surtout parfaitement sincère.

Continue reading TORI ET LOKITA : La misère du monde

L’ORIGINE DU MAL : Famille à rebondissements

L'Origine du Mal affiche

Certaines choses peuvent nous réjouir au cinéma, mais se montrent beaucoup moins réjouissantes dans la vraie vie. Les familles dysfonctionnelles font incontestablement partie de cette catégorie. Elles se retrouvent au centre de beaucoup d’excellents scénarios. On peut évidemment à Festen, le chef d’œuvre du genre, mais plus proche de nous, on peut citer récemment ADN ou Frère et Sœur. L’Origine du Mal n’aura vraiment rien à leur envier en termes de rapports familiaux tordus et destructeurs. On remerciera également Sébastien Marnier pour avoir réussi à faire revenir l’espace de deux heures l’immense et regretté Claude Chabrol.

Claude Chabrol ressuscité

La parenté avec le réalisateur du Boucher ou de la Cérémonie est plus qu’évidente. La promotion du film met d’ailleurs en avant cette parenté. Et pour une fois, ce n’est vraiment pas artificiel ou usurpé. L’Origine du Mal nous fait plonger avec force dans tout ce que l’âme humaine peut avoir de sombre et de cruel. Les personnages verront tous leur verni initial sauter au fur et à mesure de l’intrigue et ce qui se cache en-dessous est souvent inattendu et rarement synonyme de droiture morale. Le scénario souffre de quelques invraisemblances et d’un ultime twist pas forcément convaincant, mais il aura proposé avant cela bien des surprises et des renversements de situation qui auront parfaitement atteint leur but.

Continue reading L’ORIGINE DU MAL : Famille à rebondissements

NOVEMBRE : Le feu de l’action

Novembre affiche

Les attentats du 13 novembre auront mis quelques années à venir hanter le cinéma français. Mais ces dernières semaines, ils se trouvent au centre de deux longs métrages mais de manière très différente. Tout d’abord, Revoir Paris nous avait raconté le parcours difficile des survivants. Cette fois-ci, Novembre nous fait marcher sur les traces de ceux qui ont traqué les terroristes en fuite, notamment le cerveau de l’opération. Le tout se terminera dans l’explosion d’un appartement à Saint-Denis 5 jours plus tard. Le film est d’une redoutable efficacité mais pose la question de la manière dont on peut faire revivre de tels événements.

Efficacité bien placée ?

Il est possible de ressentir un léger malaise devant la première partie de Novembre. En effet, il épouse tous les codes de la réalisation d’un film d’action et s’apparente à du grand spectacle. Le sujet n’appelle évidemment pas à nous proposer un pur divertissement. La suite nous rend plus à l’aise, quand la dimension humaine du scénario prend le pas. Mais jusqu’au bout, on retrouve le souci d’une certaine efficacité dans la réalisation et une dimension thriller que l’on peut juger malvenue. Si le film peut provoquer une vraie émotion, c’est par son aspect reconstitution méticuleuse, incluant dès que possible de vraies images. Ceci peut facilement nous renvoyer avec force à la manière dont nous avons nous-mêmes vécu ces quelques jours qui a profondément bouleversé notre pays.

Continue reading NOVEMBRE : Le feu de l’action

SANS FILTRE : Acide extrême

Sans Filtre affiche

Les Palmes d’Or font rarement l’unanimité. C’est inhérent au fait que le Festival de Cannes est supposé récompenser des œuvres audacieuses à la personnalité forte. En un mot, des films qui ne laissent personne indifférent. Il arrive même parfois que l’audace en question divise l’esprit d’un seul et même spectateur, sortant du film ne sachant pas vraiment s’il a adoré ou détesté. Ce fut mon cas précédemment notamment devant Amour de Michael Haneke, ne pouvant dire s’il était juste génial ou profondément détestable. C’est de nouveau le cas devant Sans Filtre. Parce que si je reconnais qu’il a tout d’un grand film, il m’a fait vivre un des moments le plus atroces qu’il m’ait été donné de vivre au cinéma.

Une si longue atrocité

Il est vrai que j’ai une aversion particulière pour le vomi. Et cela représente un handicap sérieux pour aller voir Sans Filtre, qui offre la plus longue (pour ne pas dire interminable) séquence cinématographique représentant de manière particulièrement directe et crue des personnes en train de vomir. Tout cela a bien un sens, mais c’est visuellement franchement insoutenable. J’avoue avoir détourner mes yeux de l’écran une bonne partie de ce passage pour pouvoir le supporter. Pour cela, je pourrais totalement récuser ce film. Cependant, la force du propos que porte ce dernier mérite infiniment mieux que de s’arrêter à cela.

Continue reading SANS FILTRE : Acide extrême