PREMIER BILAN

espagnesuisseVoilà, toutes les équipes engagées dans cette Coupe du Monde ont joué leur premier match. A l’heure où j’écris ces lignes, l’Afrique du Sud et l’Uruguay ont même attaqué leur deuxième. Bien sûr, la compétition est encore longue, mais on peut essayer de tirer quelques premières conclusion.

Pour commencer, une remarque générale sur le jeu pratiqué par les 32 équipes. Certes, il n’y eu pour l’instant que peu de grands moments enthousiasmants et surtout assez peu de buts. Mais cela n’est guère étonnant, car c’est souvent le cas à l’entame d’une telle compétition. L’ensemble des sélections sont arrivées préparées physiquement et les différences ne peuvent encore vraiment se faire à ce niveau là. Et puis, la formule de la compétition avec seulement trois matchs pour faire la différence n’incite pas à prendre beaucoup de risques, les conséquences d’une défaite étant lourdes, vu qu’il n’y a ensuite que deux matchs pour se rattraper. Au troisième match, l’enjeu immédiat et les différences de conditions physiques devraient nous permettre de voir bien plus souvent trembler le filets.

Parmi les favoris, le bilan est contrasté. Le plus impressionnant fut de loin l’Allemagne qui a su marier le score et la manière. L’Argentine et les Pays-Bas ont gagné sans vraiment se faire peur, même si le jeu ne fut pas toujours enthousiasmant. Le Brésil quant à lui, vu le niveau de sa poule et son piètre niveau de jeu, peut se faire un peu de soucis. L’Angleterre, l’Italie et la France ont raté leur entrée avec un match nul qui ne compromet pas leurs chances de qualification, mais a donné quelques sueurs froides à leurs supporters. La grosse déception vient de l’Espagne, grand favori de la compétition, mais qui désormais devra faire mentir toutes les statistiques si elle veut l’emporter, et devenir ainsi le premier champion du monde à avoir perdu pour son entrée dans la compétition. Mais vu son niveau de jeu aujourd’hui, on ne doute pas de sa capacité à battre le Honduras et le Chili et se qualifier aisément.

La grosse déception vient d’Afrique. Si l’Afrique du Sud affiche un niveau de jeu bien supérieur à ce que l’on attendait, si la Côte d’Ivoire et le Ghana ont montré leur solidité, le Cameroun et l’Algérie ont profondément déçu. Deux défaites face à des nations largement à leur portée et qui rendent leur qualification pour le deuxième tour très hypothétique. Quant au Nigéria, il a échappé à un score écrasant grâce à son gardien et on peut douter que cela soit suffisant pour aller vraiment plus loin.

A l’inverse, le Japon et la Corée du Sud ont confirmé leur niveau affiché en 2002. Ils n’avaient pas confirmé quatre ans plus tard, mais il semblerait que, cette fois-ci, les progrès soient profonds et que leur présence au second tour va cesser de constituer de réelles surprises. Surtout que la Corée du Nord a surpris par son niveau de jeu, ce qui montre bien que c’est toute la confédération asiatique qui a progressé et qu’aucune équipe de seconde zone ne pourra plus s’y qualifier.

Maintenant, vivement la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.