UN BEAU CHAMPION POUR UNE SI BELLE EPREUVE

romainbarrasRomain Barras, champion d’Europe du décathlon, voilà une bien bonne et belle surprise. On savait que la médaille était jouable, mais la première marche du podium semblait difficilement accessible. Il y est parvenu après une superbe deuxième journée qui l’a vu remonter les cinq concurrents qui étaient classés devant lui hier soir.

La victoire est encore plus belle car acquise après un final assez rare pour un décathlon. Entre le Hollandais est lui, l’écart était tellement faible, qu’il suffisait à l’un de finir devant l’autre pour remporter le classement final et la médaille d’or. Une course à la fois simple à comprendre et à suspense pour un vrai beau et grand spectacle.

Le décathlon reste quand même un truc de fous. Lancer le poids, sauter en hauteur ou encore courir un 1500m demandent des qualités évidemment très différentes et parfois même totalement contradictoires. Les voir finir par une course de demi-fond après deux jours d’épreuve constitue toujours un moment surprenant d’abnégation. Ce que tête veut, corps veut, comme dirait un grand sportif de ma connaissance. Le décathlon en est la preuve, surtout quand le commun des mortels, et moi le premier, est déjà fatigué à l’idée de réaliser une seule de leurs dix épreuves.

Le décathlon, c’est aussi un joli moment de solidarité. C’est certes une image d’Epinal, ressortie à chaque compétition par les commentateurs peu inspirés. Mais voir se tomber dans les bras les deux rivaux à l’arrivée reste une belle image de ce que doit être avant tout le sport, même à haut niveau. Heureusement que tout le monde n’a pas le même esprit que Laurent Fignon qui a déploré publiquement les images d’amitiés et de respects entre Contador et Schleck lors du dernier Tour de France.

Bien sûr les décathloniens ne seront jamais d’immenses stars, ça aide peut-être à garder des valeurs saines. Mais en tous cas, ce sont tous d’immenses champions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.