THE SQUARE : Une Palme sans ivresse

thesquareafficheA l’heure de décerner des prix, c’est évidemment la subjectivité qui l’emporte. Sur quels critères objectifs peut-on juger qu’un film est meilleur qu’un autre ? La Palme d’Or est évidemment soumise aux mêmes règles et le jury est souverain. Pourtant, nombreux spectateurs sont allés voir The Square en se demandant s’il était possible que ce film soit vraiment meilleur que 120 Battements par Minute. Au final, en qualité pure, ce dernier l’emporte largement. Mais le Festival de Cannes a toujours récompensé une audace formelle et une certaine originalité non consensuelle. Et en ce sens, la récompense est loin d’être imméritée.

The Square à le grand mérite d’être toujours surprenant. Il s’apparente presque à un film à sketchs et chaque séquence réserve son lot d’inattendu. Le tout est parcouru d’un humour pince sans rire et décalé relativement déstabilisant. Malheureusement, la plupart des scènes semblent s’être arrêtées au milieu de l’idée qui les sous-tend. On est surpris, curieux, mais rarement enthousiaste. Certains passages savoureux, comme celui autour d’un préservatif usagé, arrachent un vrai sourire, mais une sorte de froideur toute nordique nous retient de totalement adhérer au délire.

thesquareThe Square fait partie de ces films dont on ressort sans vraiment savoir si on l’a adoré ou détesté. Si l’oeuvre est audacieuse ou juste intellectuellement prétentieuse. Mais malgré sa longueur, le film n’ennuie jamais le spectateur. La diversité des séquences s’accompagne d’un sens de l’esthétisme particulièrement affûté. Photographie, mise en scène, mais aussi direction d’acteurs sont largement du niveau d’une Palme d’Or. Mais au final, le film échoue à être aussi génial que ce qu’il aurait du être. On ne peut que saluer ses qualités, sans pour autant dépasser le stade de l’admiration raisonnable.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Production : Plattform Production, Essential Films, Parisienne
Réalisation : Ruben Östlund
Scénario : Ruben Östlund
Montage : Ruben Östlund, Jacob Secher Schulsinger
Photo : Fredrik Wenzel
Décors : Josefin Asberg
Distribution : Bac Films
Durée : 142 min

Casting :
Dominic West : Julian Gijoni
Claes Bang : Christian
Elisabeth Moss : Anne
Terry Notary : Oleg
Marina Schiptjenko : Elna
Elijandro Edouard : Pojken
Daniel Hallberg : le consultant RP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.