LUCKY LUKE : Un beau gâchis !

luckylukeafficheAvouons-le, je vais être un tantinet indulgent avec Lucky Luke. En effet, après le scandaleusement médiocre Le Petit Nicolas, les aventures de notre cow-boy préféré est juste médiocre. La mémoire de René Goscinny en serait presque préservé. Pourtant dans l’absolu, ce film constitue une immense déception, surtout qu’il n’est pas dénué de qualités, mais qui sont, malheureusement, balayés par les aspects négatifs.

Lucky Luke est chargé par le Président des Etats-Unis de rétablir l’ordre à Daisy Town, où doit se faire la jonction entre les chemins de fer de l’Ouest et de l’Est. Mais ce lieu est aussi celui de l’enfance du cow-boy solitaire. Le lieu aussi où ses parents furent assassinés par le gang des tricheurs, vingt ans auparavant.

Commençons par le positif. Si Le Petit Nicolas était très loin de l’esprit originel, Lucky Luke ne s’en éloigne que très peu. La seule trahison est peut-être d’avoir donné à ce héros un passé plutôt sombre, totalement absent de la bande-dessinée. Sinon, les références réussies à l’univers crée par Morris et Goscinny se multiplient, au plus grand bonheur des fans. Les personnages secondaires, Calamity Jane, Billy the Kid, Jesse James, Pat Poker, Phil Defer, sont fidèles aux originaux.

Lucky Luke multiplie aussi les clins d’œil aux grands classiques du western et notamment l’œuvre de Sergio Leone. Ceci colle bien sûr tout à fait à l’esprit de la bande-dessinée, où les références cinématographiques étaient souvent présentes. Le passage sur grand écran ne pouvait qu’amplifier le phénomène. Et cela est fait avec une certaine réussite. De toute façon, l’univers de Lucky Luke était sûrement le plus facilement adaptable parmi ceux crées par Goscinny, car c’est sans doute le plus « premier degré ». Et globalement, cette adaptation ne trahit en rien l’œuvre originale.

Le casting est également très réussi. Jean Dujardin, Melvil Poupau, Daniel Prevost, Jean-François Balmer, un Michael Young presque supportable et surtout une formidable Sandrine Testud. Elle est de loin la plus brillante étoile de ce casting, peut-être parce que c’est une tellement bonne actrice qu’elle n’a pas besoin d’être dirigée. La seule qui soit un peu en retrait est Alexandra Lamy, qui est bien trop transparente pour donner du corps à un personnage déjà à la base limité.

luckylukeMais alors qu’est-ce qui cloche ? Je n’aime pas dénoncer, mais si on doit trouver un coupable, on peut désigner James Huth pour pendre quelqu’un. Je n’aime pas être méchant, mais il est tout simplement un très mauvais réalisateur. On l’avait déjà vu dans Brice de Nice et il se révèle une nouvelle fois incapable de diriger un acteur aussi cabotin que Jean Dujardin. Ce dernier nous livre son numéro habituel, qu’il maîtrise à la perfection, mais semble parfois perdu à l’écran, nous offrant quelques mimiques en attendant que quelque chose se passe.

Car le plus gros défaut de Lucky Luke, c’est d’être mou du genou ! Jamais, ne serait-ce qu’une seule seconde, on y trouve l’étincelle d’énergie indispensable à une comédie. Aucune scène ne décolle, les gags ne s’enchaînent jamais, tout est poussif, s’étire désespérément en longueur, gâchant irréversiblement la moindre bonne idée. Ce film est tout simplement très mal réalisé. Vu le budget, le mythe en question, le casting, cela constitue quand même un immense gâchis. Je n’ai pas un amour fou des réalisateurs français, mais tout de même, on a des dizaines de gens plus talentueux que James Huth, auxquels on aurait pu confier un tel projet. Le résultat en aurait été que bien meilleur. Espérons que la suite (avec le Dalton ?) qui ne manquera pas d’arriver changera de mains. Mais je crains fort que cela ne soit pas le cas.

Heureusement que le prochain mythe de la culture francophone à être adapté à l’écran, à savoir Tintin, sera réalisé par Steven Spielberg himself. Après le désastre du Petit Nicolas, il est désolant de constater que c’est d’Hollywood qu’on attend le meilleur pour valoriser notre propre culture !

Fiche technique :
Production : UGC YM, UGC Images, Captain Movies, France 2 cinema
Distribution : UGC
Réalisation : James Huth
Scénario : James Huth, Sonja Shillito, Jean Dujardin, d’après la BD de Morris et Goscinny
Montage : Antoine Vareille, Frédérique Olszak
Photo : Stéphane Le Parc
Décors : Pierre Quefféléan
Musique : Bruno Coulais
Effets spéciaux : Doc Ransanberg
Durée : 104 mn

Casting :
Jean Dujardin : Lucky Luke
Sylvie Testud : Calamity Jane
Michaël Youn : Billy the Kid
Daniel Prevost : Pat Poker
Alexandra Lamy : Belle Star
Melvil Poupaud : Jesse James
Jean-François Balmer : le gouverneur Cooper
Bruno Salomone : Jolly Jumper (la voix seulement)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.