LACHEZ LUI LA MAIN !

thierryhenryDepuis une semaine, Thierry Henry est devenu l’une des personnes les plus détestées de la planète. Cette haine soudaine est un exemple frappant d’emballement médiatique démesuré, le tout encore démultiplié par Internet où chacun peut s’en donner facilement à cœur-joie.

Bien sûr, la main de Thierry Henry était un geste totalement répréhensible qui n’honore pas son auteur et, par ricochet, l’Equipe de France dans son ensemble. Bien sûr, sa joie sur le but était quelque peu déplacée. Bien sûr, le match, dans un monde idéal, mériterait d’être rejoué. Bien sûr, les Irlandais ont de quoi être furieux….

Les matchs de football sont souvent l’occasion de discussions du café du commerce sans fin. Pour ce France-Irlande, ce fut évidemment le cas, mais à une échelle totalement inédite. Il n’y a pas une seule personnalité un tant soit peu médiatique qui ne se soit sentie obligée de nous faire partager son opinion sur la question, combien même il n’y connaîtrait rien. Une mention spéciale à la classe politique française qui n’a pas manqué de se ridiculiser sur le coup, avec comme chef de file Christine Lagarde ! Des jugements moraux totalement déplacés et surtout injustes envers un Thierry Henry, qui si je ne me trompe, n’a encore tué personne.

Tous ces braves gens de part le monde qui déverse leur haine sur Thierry Henry font surtout preuve d’une mauvaise foi détestable. Si Thierry Henry s’était spontanément dénoncé à l’arbitre, il n’aurait pas commis un geste fair-play et méritoire. Il aurait commis un acte inhumain qu’infiniment peu de tous ceux qui ont exprimé leur mépris envers le capitaine des Bleus n’aurait réalisé.

N’importe qui  qui aura fait ne serait-ce qu’un minimum de sport de compétition ne pourra qu’admettre tout cela, à moins de faire preuve d’une malhonnêteté intellectuelle sans limite. Personnellement, pour avoir vécu ce genre de moments, à une toute petite échelle, dans un sport pourtant synonyme de fair-play, je n’aurais jamais la prétention de dire que, dans un match d’une telle importance, d’un tel enjeu, d’une telle tension, devant 80 000 spectateurs, je me serais dénoncé à l’arbitre. C’est quelque chose que l’on peut concevoir dans un moment de réflexion, de calme, pas dans le un feu de l’action aussi intense, dans lequel on vient de se plonger corps et âme depuis 113 minutes.

Thierry Henry n’est certainement pas un héros. Mais il serait bon que l’humanité garde sa capacité de mobilisation contre des personnes autrement plus nuisibles (Christine Lagarde ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.