UNE PETITE VIREE POUR LES FONCTIONNAIRES ?

ericwoerthVoici donc la nouvelle trouvaille du gouvernement, si on en croit les journaux de ce matin : on va enfin pouvoir virer les fonctionnaires ! Il était temps…

Pour avoir passé un mois à trier des papiers dans une recette des impôts, et surtout pour avoir eu un père qui a eu à gérer des services administratifs et nous faisait le récit de certains spécimens qu’il avait sous ses ordres, je sais que le mythe du fonctionnaire qui n’en fout pas une et qui se plaint quand même tout le temps n’est pas qu’un mythe justement… il existe bel et bien !

Les premières victimes de ce genre de personnage sont… ses collègues qui sont bien obligé de faire le boulot à sa place. Je peux témoigner que ça peut créer de vraies tensions au sein des services. Et puis, soyons honnêtes, des personnes comme cela, il en existe dans toutes les entreprises… simplement elles doivent faire preuve d’un peu plus de subtilité pour se planquer et faire comme si..

De toute façon, tout cela va changer puisque, grâce au magnifique intellectuel qu’est Eric Woerth, l’administration va pouvoir se débarrasser de toutes ces grosses faignasses ! Sauf que… pas du tout…

Ne plus assurer aux fonctionnaires la sécurité de l’emploi en cas d’incompétence ou de refus de travailler pourrait éventuellement se concevoir. A la fois, un fonctionnaire qui est payé à ne rien faire vole de l’argent public et donc l’argent des pauvres dont les services publics forment le seul patrimoine et la seule protection. Evidemment, ça serait une révolution totalement inenvisageable politiquement. Et puis, reste à savoir si cela servirait à grand chose.

Les fonctionnaires sont souvent la cible des critiques du café du commerce, criant leur haine contre ce statut bardé de privilèges. Ce à quoi, on peut répliquer un argument massue et imparable : « bah dans ce cas, pourquoi vous n’avez pas passé le concours ? ». Bah oui, au fait pourquoi ?

Si j’applique cette question à moi-même, la réponse est double. Déjà, même si ma situation actuelle ne me donne pas raison, je n’ai pas du tout envie de suivre la grille salariale de la fonction publique. Je suis bien placé pour savoir qu’on peut bien gagner sa vie en fin de carrière… mais en fin de carrière… et pendant sa retraite. Si possible j’aimerais profiter de mon argent avant cet âge-là !

L’autre élément qui me bloque, c’est le manque de mobilité en termes de métiers exercés. Mon job actuel ne ressemble pas du tout à mon job précédent et j’en suis très heureux… Enfin pas uniquement parce que je n’aimais pas du tout ce dernier. Cette diversité n’est possible que dans le privé, généralement en changeant régulièrement d’entreprises. En France, on devient fonctionnaire d’un ministère et d’un seul… enfin jusqu’à présent.

Certains me trouveront sévère dans mon jugement sur les carrières au sein de l’administration. La carrière de mon père est là pour le prouver… à la différence qu’il a du se soumettre à une mobilité géographique qui aurait pu être très problématique si ma mère avait travaillé. Bref, je n’ai pas cherché à être fonctionnaire tout simplement parce que je trouve que les inconvénients sont supérieurs aux avantages. Je me garde donc bien de leur cracher dessus à tout bout de champs ! 

Mais n’est-il pas dommage que quelqu’un comme moi (je vous laisse juge de mettre ce que vous voulez derrière ce « comme moi ») ne soit pas attiré par une carrière dans l’administration ?  J’aurais pourtant heureux de consacrer ma vie professionnelle à la puissance publique. Enfin, je me rattrape par mes activités d’élu. Une des solutions qui pourraient m’attirer serait un décloisonnement entre les ministères permettant d’effectuer dans l’administration une carrière aussi riche et variée que dans le privé. Bah ce n’est pas ce que propose le gouvernement ? De quoi je me plains encore ?

Certains me trouveront sévère dans mon jugement sur les carrières au sein de l’administration. La carrière de mon père est là pour le prouver… à la différence qu’il a du se soumettre à une mobilité géographique qui aurait pu être très problématique si ma mère avait travaillé. Bref, je n’ai pas cherché à être fonctionnaire tout simplement parce que je trouve que les inconvénients sont supérieurs aux avantages. Je me garde donc bien de leur cracher dessus à tout bout de champs !

Pour avoir envie de mener une carrière entre différents corps d’Etat, il faudrait que je puisse le faire volontairement. Démissionner d’une entreprise pour en changer est un choix personnel dans le cadre d’un plan de carrière que l’on a soi-même établi. C’est très différent de la mobilité interne subie et imposée et qui sert de moyen de chantage envers les employés sous peine de licenciement. C’est un des fléaux meurtriers du management moderne, France Telecom est là pour le prouver. Il y’a des techniques de management qui peuvent mettre du sang sur les mains de ceux qui la pratique…

… Et bien, notre gouvernement n’a rien trouvé de mieux que de chercher à introduire ces mêmes techniques dans la fonction publique. Bref, de rendre les carrières publiques encore moins attractives, sans même parler des drames que cela pourrait entraîner (bon, soyons honnête, y’a encore du chemin avant d’en arriver là). Encore une fois, il nous montre à quel point il se sert d’un soit-disant pragmatisme pour imposer une idéologie socialement funeste et dont l’inefficacité a été maintes fois démontrée par les faits.

Mais pour faire plaisir aux petits copains du CAC 40 et flatter les bas instinct de son électorat, qu’est ce qu’on ne ferait pas ! Et puis, pendant que les salariés du privé sont encouragés à témoigner leur haine envers les fonctionnaires, ils oublient de se révolter contre ceux qui décident de limiter les bas salaires pour payer des dividendes,  qui pompent 50% de ces mêmes salaires sous forme de loyers et qui, pour la peine, ont le droit de bénéficier du bouclier fiscal. Et ça, c’est une des missions pour laquelle notre gouvernement consacre toute son énergie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.