CRAZY HEART : Bon comme un Kinder… Un Kinder country bien sûr !

crazyheartafficheJe l’ai déjà dit plusieurs fois, mais s’il y’a une chose que j’adore vraiment, c’est aller voir un film sans avoir aucune idée de ce dont il peut bien parler. Ce fut mon cas quand je suis allé voir Crazy Heart, attiré par des critiques positives et surtout l’Oscar du meilleur acteur pour Jeff Bridges, un acteur que j’adore. Evidemment, j’ai pris un risque, mais j’ai eu raison de le prendre car ce film m’a beaucoup plu. Pour preuve, il m’aurais presque fait aimer la country…

Bad Blake est une légende de la musique country…que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître. A 57 ans, il a depuis longtemps été éclipsé par Tommy Sweet, qui fut à une époque son protégé et son élève. Alors il parcourt les route de l’Amérique profonde pour des petits concerts entre bowling et piano-bar. Son seul compagnon : le whisky. Mais même sur cette mauvais pente, il réussi à séduire Jean, une belle journaliste, mère célibataire. Pourra-t-il arrêter sa propre chute pour donner une chance à leur histoire ?

Crazy Heart est un film à Oscar. Un rôle fait pour un acteur expérimenté qui y jouera la déchéance et la rédemption. Parfait pour être primé à Hollywood. Mais faut-il encore que l’acteur en question soit talentueux. Jeff Bridges est un vieux routier du cinéma américain, éternel second rôle, qui tient là une belle récompense, méritée pour une belle carrière. Après, on peut dire que c’était quelque peu programmé, mais le film n’en souffre pas pour autant.

Et puis Crazy Heart possède un atout de charme… Maggie Gyllenhaal. Bon, certes, ce n’est pas la femme de ma vie, puisque c’est Zooey Deschanel… Enfin, je compte sur vous pour ne pas le lui répéter, ça lui ferait trop de peine. En plus, si Zooey ne veut pas, je veux bien passer le restant de ma vie avec Maggie… Bon plus sérieusement, elle est encore une fois belle, charmante, sublime, magnifique… Et ses yeux… Ah ses yeux… On comprend aisément comment ce vieux solitaire soit tenté à l’idée de se ranger à ses côtés. Perso, c’est ce que je ferai. Mais malheureusement, je ne joue pas de country…

crazyheartLe couple fonctionne donc et du coup, le film aussi. Surtout n’allez pas voir dans Crazy Heart une comédie romantique. C’est un film sur la rédemption, sur le choix que l’on a toujours de se prendre en main plutôt que de se laisser aller. L’amour y joue un grand rôle, mais il n’est pas une fin en soi. Mais n’y voyez pas non plus un film contemplatif et psychologique à l’excès. C’est plutôt un mélange entre le road movie, la biographie, la comédie sentimentale et le film musical…

Car la musique joue un rôle très important dans Crazy Heart. Les scènes de concert sont nombreuses et les chansons interprétées souvent de bout en bout. On saluera d’ailleurs le talent de Jeff Bridges et Colin Farell, presque aussi doués derrière un micro que devant la caméra. Certes, il s’agit de country. Non, ne partez pas en courant. Car ici la musique colle tellement avec le décor et les personnages qu’elle passe tout seul. Elle est vraiment ici le symbole d’une culture dans laquelle baigne ce film et cette synergie est une des très grandes forces de ce film.

Crazy Heart n’est sûrement pas le film du siècle, mais un bon moment de cinéma… et de musique.

Fiche technique :
Production : Informant Media, Butcher’s Run Films, Fox Searchlight pictures
Distribution : 20th Century Fox
Réalisation : Scott Cooper
Scénario : Scott Cooper, d’après le roman de Thomas Cobb
Montage : John Axelrad
Photo : Barry Markowitz
Décors : Waldemar Kalinowski
Musique : Stephen Bruton, T Bone Burnett
Durée : 111 mn

Casting :
Jeff Bridges : Bad Blake
Maggie Gyllenhaal : Jean Craddock
Robert Duvall : Wayne
Colin Farrell : Tommy Sweeet 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.