LA GUERRE EST DECLAREE : Le combat de leur vie

laguerreestdeclareeafficheLe plus souvent, parler d’un sujet grave appelle à une certaine sobriété dans la forme. Le spectaculaire ne doit pas prendre le pas sur le fond. Seuls les plus grands comme Lars Van Trier peuvent se permettre de mêler le drame et l’innovation visuelle. Du coup, souvent, on aime ou bien on déteste. La Guerre est Déclarée fait se pari osé. Et se montre à la hauteur.

Roméo et Juliette file un parfait amour, dont est né Adam. Mais peu à peu, leur fils connaît des problèmes de santé de plus en plus prononcés. Jusqu’à ce qu’ils apprennent la terrible nouvelle : leur fils a une tumeur au cerveau.

La Guerre est Déclarée est avant tout une histoire d’amour. En effet, il nous raconte la relation entre Roméo et Juliette beaucoup plus que la maladie de leur fils. Ce dernier est au final assez peu présent et Valérie Donzelli ne cherche jamais à ce que le spectateur s’y attache. Il est à la fois le centre du film et un prétexte pour nous parler de ce qui peut lier deux êtres, dans la joie et dans la peine. Notre empathie ne se manifeste pas de la manière que l’on aurait pu prévoir, mais cela ne diminue en rien l’émotion véhiculée par ce film.

Il faut dire que Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm savent de quoi ils parlent puisque ce film est tout simplement une autobiographie de leur couple. Voici un détail que j’ignorais avant de voir La Guerre est Déclarée, mais qui se révèle au final guère surprenant. Il aurait été difficile d’écrire un tel film sans avoir traversé une épreuve comparable. Jamais le film ne tombe dans un voyeurisme ou une émotion facile. Il ne cherche pas à faire pleurer, à passionner, à faire rire ou à distraire. Il raconte, il témoigne, il partage. Le plus difficile restait cependant d’arriver à transmettre l’émotion au spectateur.

Pour cela, Valérie Donzelli a choisi une mise en forme audacieuse. Les effets visuels sont nombreux et la narration se fait parfois de manière assez peu traditionnelle. On sent évidemment que les images sont là pour souligner les sentiments, mais certains pourront trouver que cela détourne l’attention de l’essentiel, que cela dénature la pureté du témoignage, que, quelque part, cela adoucit l’épreuve. Le cancer d’un enfant n’a rien de beau ou d’esthétique. Mais cela signifie-t-il qu’une œuvre qui l’évoque ne peut l’être non plus ? N’est-ce pas justement le rôle de l’art de véhiculer l’émotion par les moyens les plus inattendus ? Bon, ok, on ne va pas commencer le débat ici. Mais une chose est sûr, La Guerre est Déclarée ne peut laisser indifférent.

Et si vous acceptez sans retenu ce parti-pris artistique, si vous vous laissez porter par les images autant que par la narration, alors La Guerre est Déclarée représentera pour vous un magnifique moment de cinéma. Une œuvre forte et audacieuse, profondément personnelle mais aussi tout simplement humaine. On ne peut qu’être admiratif du travail de Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm, qui ont mis un morceau d’eux-mêmes dans ce film. Un film dont on sort profondément marqué, partagé entre une multitude de sentiments, les mêmes que ceux ressentis par Roméo et Juliette. Avec bien sûr, infiniment moins d’intensité…

laguerreestdeclareeOn peut affirmer que Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm tiennent là le rôle de leur vie. Au sens premier du terme en fait. Leur performance est extraordinaire. Et qu’importe s’ils jouent en fait leur propre rôle. L’émotion qu’ils arrivent à véhiculer n’est pas que celle d’un témoignage. Elle est celle procurée par des acteurs qui arrivent à incarner une émotion. Sauf que dans La Guerre est Déclarée, ils en incarnent bien plus d’une.

Dans l’attente de la sortie de The Artist, La Guerre est Déclarée fait déjà figure d’immense favori pour les Césars. Une production d’une audace folle pour l’Hexagone. Mais surtout un magnifique moment de cinéma, entre rires et larmes, entre espoir et infinie tristesse.

Fiche technique :
Production : Rectangle productions, Wild Bunch
Réalisation : Valérie Donzelli
Scénario : Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm
Montage : Pauline Gaillard
Photo : Sébastien Buchmann
Décors : Gaëlle Usandivaras
Distribution : Wild Bunch distribution
Musique : Jérémie Elkaïm (conseiller musical)
Durée : 100 mn

Fiche technique :
Vélarie Donzelli : Juliette
Jérémie Elkaïm : Roméo
Brigitte Sy : Claudia
Michèle Moretti : Geneviève
Bastien Bouillon : Nikos
Anne Le Ny : Dr Fitoussi
Frédéric Pierrot : Pr Sainte-Rose
Philippe Laudenbach : Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.