L’ATTENTAT : Coeur et espoir perdus

lattentatafficheLe conflit israelo-palestinien est une source malheureusement inépuisable d’inspiration cinématographique. Il donne aussi bien des films franchement pessimistes (The Bubble) que des comédies vraiment réussies (Le Cochon de Gaza). L’Attentat se situe incontestablement dans la première catégorie. Le réalisateur se défend d’avoir voulu faire un film politique, mais plutôt un film sur les relations humaines. Mais un tel environnement ne peut se contenter d’être un simple décor. Si l’intrigue ne livre au fond aucun point de vue, ne désignant ni bons, ni méchants, il n’en demeure pas moins un témoignage très réussi d’un monde si profondément divisé.

Par contre, les conditions de réalisation de l’Attentat sont porteuses d’espoir. Un réalisateur libanais, Ziad Doueiri, qui tourne en Israël, avec une actrice israélienne qui joue le rôle d’une Arabe, voilà un message qui dépasse de loin le propos même du film. Mais c’est désolant de voir que tout cela crée un énorme scandale au Liban, où le film ne sortira très certainement jamais. Comme dans son intrigue même, ce film nous amène à la conclusion que ces fractures sont insondables et que rien aujourd’hui ne semble prêt à les combler.

lattentatPour en revenir au film en lui-même, l’Attentat nous propose une histoire d’un très grand intérêt, à défaut d’être totalement passionnante. Elle est effectivement surtout axée sur son personnage principal, chirurgien arable, au passeport israélien, et prônant la réconciliation, qui cherche à comprendre comment sa femme a pu devenir kamikaze sans qu’il ne soupçonne rien de son glissement vers le terrorisme. Le propos n’est pas totalement convaincant parce que c’est le parcours de la femme est nettement plus intéressant que les états d’âme du mari. Ce sont pourtant ces dernières qui occupent le plus de place.

Au final, c’est tout de même par sa dimension politique que l’Attentat prend tout sa dimension. Même si le message délivré n’incite guère à l’optimisme.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Production : 3B Production, Lama films, Scope pictures, Douri films
Distribution : Wild Bunch Distribution
Réalisation : Ziad Doueiri
Scénario : Joëlle Touma, Ziad Doueiri, d’après le roman de Yasmina Khardra
Montage : Dominique Marcombe
Photo : Tommaso Fiorilli
Décors : Yoel Herzberg
Son : Pierre Gauthier
Musique : Eric Neveux
Durée : 105 mn

Casting :
Ali Suliman : Amin Jaafri
Reymonde Zmsellem : Siham Jaafri
Evgenia Dodina : Kim
Karim Saleh : Adel
Uri Gavriel : Cap. Moshe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.