LA PLANETE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT : Plus escarmouche qu’affrontement

laplanetedessingeslaffrontementafficheAprès un premier volet vraiment réussi, voici La Planète des Singes : l’Affrontement, qui continue de nous raconter comment nos cousins sont parvenus à prendre le pas sur nous sommes simples humains. Cette nouvelle vision de la saga continue d’être d’un tout autre acabit que les nanars des années 70 (je ne parle pas de l’épisode originel, entendons-nous bien!), même si on ressort de ce deuxième épisode quand même sur un sentiment quelque peu partagé.

Ce qui manque à La Planète des Singes : l’Affrontement est un vrai souffle épique. En effet, les événements relatés sont au final assez anecdotiques. Certes, on sent qu’il s’agit d’un tournant dans une histoire plus globale, mais on a du mal à s’enthousiasmer vraiment quand on souhaiterait voir le monde entier basculer. Cela sera sûrement pour le troisième volet qui ne manquera certainement pas d’arriver, confirmant ainsi que le deuxième volet d’une trilogie a souvent bien du mal à passionner.

laplanetedessingeslaffrontementReste que La Planète des Singes : l’Affrontement reste par moment très spectaculaire. Certaines scènes sont techniquement impressionnantes. Matt Reeves n’est peut-être pas Orson Welles, mais il n’est pas non plus maladroit derrière une caméra et arrive à donner un peu d’humanité et de profondeur à ce blockbuster. Mais sur ce point aussi, la comparaison avec le premier volet n’est pas en faveur de cette suite. Il n’en reste pas moins que ce film est globalement réussi, évite beaucoup des pièges et facilités dans lesquels il aurait pu facilement tomber, sans néanmoins proposer la petite étincelle qui aurait vraiment fait la différence.

LA NOTE : 11,5/20

Fiche technique :
Production : Chernin Entertainment, Ingenious Media, TSG Entertainment
Distribution : 20th Century Fox France
Réalisation : Matt Reeves
Scénario : Mark Bomback, Rick Jaffa, Amanda Silver, librement inspiré du roman de Pierre Boulle
Montage : Stan Salfas, William Hoy
Photo : Michael Seresin
Décors : James Chinlund
Musique : Michael Giacchino
Durée : 130 mn

Casting :
Andy Serkis : César
Jason Clarke : Malcom
Gary Oldman : Dreyfus
Keri Russell : Ellie
Toby Kebbell : Koba
Kodi Smit-McPhee : Alexander
Kirk Acevedo : Carver

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.