LA TOUR DE CONTROLE INFERNALE : On peut tromper mille fois une personne…

latourdecontroleinfernaleafficheJe pense être quelqu’un d’intelligent et capable d’apprendre de ses erreurs. Pourtant certains éléments peuvent permettre d’en douter. Parmi eux, les films d’Eric et Ramzy. A chaque nouveau long métrage, j’en ressors en me promettant de ne plus me laisser avoir par les critiques élogieuses pour la simple et bonne raison qu’ils ne me font pas du tout rire sur grand écran. Et pourtant j’ai été voir la Tour de Contrôle Infernale.

D’après les commentateurs avisés, la Tour de Contrôle Infernale fait transparaître une plus grande maturité dans l’écriture et la réalisation. En toute honnêteté, je dois admettre que ce film est infiniment meilleur que leurs précédentes incursions dans le 7ème art en termes d’intensité et de rythme. Cette fois, ce n’est pas un gag tous les quarts d’heure, mais bien deux gags à la minute. Sauf que je trouve que 99% d’entre eux tombent à plat… et d’ailleurs l’absence d’enthousiasme collectif de la salle un samedi soir démontrait que cela ne traduit pas un quelconque mauvais esprit de ma part.

latourdecontroleinfernaleLe problème des films avec Eric et Ramzy… c’est justement Eric et Ramzy. Ou plutôt l’absence totale de direction dont ils semblent bénéficier. Eric Judor derrière la caméra oublie de faire sortir le duo, et en premier lieu lui-même, de son éternelle routine que l’on connaît par cœur. Au final le seul rayon de soleil qui éclaire la Tour de Contrôle Infernale vient de Phlippe Katerine qui lui livre un vrai numéro d’acteur maîtrisé et finement joué. Mais c’est bien peu.

LA NOTE : 07/20

Fiche technique :
Réalisation : Éric Judor
Scénario : Éric Judor, Ramzy Bédia et Nicolas Orzeckowski
Direction artistique : Philippe Lacomblez
Décors : Lieven Baes
Photographie : Vincent Muller
Montage : Jean-Denis Buré
Production : Alain Goldman
Sociétés de production : Légende Films ; 4 Mecs en Baskets Production, 4 Mecs à Lunettes Production, Cinéfrance 1888, France 2 Cinéma, Le 12e Art, Nexus Factory et BNP Paribas Fortis Film Finance (co-production)
Société de distribution : Légende Films (France)
Durée : 88 min.

Casting :
Éric Judor : Ernest Krakenkrick
Ramzy Bédia : Bachir Bouzouk
Marina Foïs : la conseillère du Ministre
Philippe Katerine : le colonel Janouniou
Serge Riaboukine : le Méchant
Grégoire Oestermann : le ministre de la Défense
William Gay : le général Mangedeurme
Michel Nabokoff : le père de famille
Lionel Beyeke : Jean-Peter McCallaway
Charles Nemes : le recruteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.