LES INNOCENTES : Un peu de bonheur malgré tout

lesinnocentesafficheL’autre soir au cinéma, j’ai enchaîné La Tour de Contrôle Infernale et les Innocentes. Passer d’une pure comédie absurde et déjantée à une histoire sur des nonnes polonaises violées lors de la deuxième guerre mondiale, le contraste peut paraître sévère et le choc rude. Cependant, passer d’une comédie qui ne m’a pas fait rire du tout à un film qui n’a rien de sinistre n’est pas si difficile que ça. Une chose est sûre, je suis passé d’un très mauvais film à un très bon.

Les Innocentes repose tout simplement une belle histoire. Des éléments sont terriblement dramatiques, mais au final il s’agit plus d’un film sur le bonheur malgré tout que sur le malheur. Il n’a rien de déprimant, il n’est en rien un regard un peu voyeur sur la détresse humaine, alors que le sujet aurait pu vite conduire Anne Fontaine à emprunter ce chemin. Elle nous livre au final un film absolument pas contemplatif, mais doté d’une vraie intrigue portée principalement par des personnages forts, subtils et que l’on découvre en profondeur.

lesinnocentesOn peut simplement reprocher à les Innocentes un léger manque de rythme. 10 minutes en moins n’aurait pas nuit à la qualité du film, bien au contraire. Sans cela, il n’y a pas grand chose à redire, la réalisation est vraiment soignée, au service de l’histoire et des comédiens. On saluera bien bas la performance de Lou de Laâge, peut-être pas aussi extraordinaire que dans Respire, mais qui s’affirme ici une nouvelle fois comme une future grande. En fait, pourquoi future ? Reste évidemment à confirmer dans la durée. En tout cas, elle a le talent pour cela.

LA NOTE : 13,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Anne Fontaine
Scénario : Sabrina B. Karine, Pascal Bonitzer, Anne Fontaine et Alice Vial d’après une idée originale de Philippe Maynial
Photographie : Caroline Champetier
Montage : Annette Dutertre
Musique : Grégoire Hetzel
Production : Éric et Nicolas Altmayer et Philippe Carcassonne
Durée : 100 minutes

Casting :
Joanna Kulig : la religieuse Irena
Agata Kulesza : la mère supérieure
Agata Buzek : la religieuse Maria
Lou de Laâge : Mathilde Pauliac
Vincent Macaigne : Samuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.