FILMS EN SERIE

swaggerafficheEn ayant un peu ras le bol de courir après mon retard, voici un avis rapide sur un certain nombre de films vus ces dernières semaines et sur lesquels je n’ai pas envie de m’étaler plus que ça. On commence par le Client, dernier film de Asghar Faradi qu’on avait connu plus en forme. La faute à une histoire qui n’a pas un intérêt terrible. Le réalisateur ne semble d’ailleurs pas vraiment quel ton lui donner et filme ses acteurs d’une manière quelque peu paresseuse, comme s’il espérait que la lumière vienne spontanément de leur jeu. Reste le portrait de la société iranienne qui ressort forcément en creux qui constitue au final la seule raison d’aller voir ce film. C’est un peu léger, mais c’est déjà plus que pour beaucoup de long métrage sur nos écrans.

Swagger nous plonge lui aussi au cœur d’une réalité sociale, mais cette fois-ci beaucoup plus proche. Le film nous fait rencontrer une dizaine d’adolescents de Seine-Saint-Denis qui nous parle de leur quotidien, de leur vision de la vie et de leurs aspirations. Un portrait loin de tous les clichés, mais qui n’esquive rien. On tombe sous le charme de ces gamins à la personnalité parfois bien affirmée. Tout n’est pas rose, certains de leurs propos font un peu peur. Mais le film donne aussi beaucoup d’espoir, tant on sent qu’il existe un réel potentiel chez eux, que leur manière de pensée en vaut bien d’autre et qu’elle n’a surtout rien d’uniforme. Ils font parfois preuve d’une lucidité étonnante, mais au fond on sent chez eux la même aspiration au bonheur que chez n’importe qui. Bref, il y a des êtres humains même en Seine-Saint-Denis !

On change totalement de genre et accessoirement de budget avec Alliés, la nouvelle superproduction signé Robert Zemeckis qui rassemble à l’écran Brad Pitt et Marion Cotillard. Le résultat tient malheureusement du gros navet, ou tout du moins du film vraiment raté. Le seul élément du scénario, la tension psychologique autour du mensonge soupçonné, ne tient finalement qu’une toute petite place, noyé dans des scènes d’action parfois un peu ridicule. Le film s’ouvre d’ailleurs sur un scène de saut en parachute qui bénéficie d’effets spéciaux très certainement signés par un stagiaire débutant. Cela donne le ton de ce film parfois involontairement risible.

aresafficheLe film de genre prend peu à peu ses lettres de noblesse dans le cinéma français, même s’il ne bénéficie pas encore des mêmes moyens que pour les productions hollywoodiennes. Nouvelle preuve avec Ares, un film d’anticipation tendance cyberpunk plutôt réussi. Pas de déluge d’effets spéciaux, pas de réalisation aussi aboutie que celle de Ridley Scott pour Blade Runner, mais le film propose un spectacle cohérent, agréable et rythmé. Le film n’a pas peur de faire moins d’une heure et demi pour se concentrer sur l’essentiel, sans pour autant dédaigner de creuser assez les personnages pour leur donner un peu d’épaisseur. Cela ne restera pas un film culte du genre, mais c’est agréable de voir ce genre de production chez nous.

On termine avec Theeb, un film qui nous emmène dans le même décor que Lawrence D’Arabie, mais avec infiniment moins de moyen et d’ambition. Le scénario reste assez simple, aurait pu être celui d’un western. Le manque de moyen est assez flagrant, mais les paysages sont superbes. L’histoire n’a rien d’enthousiasmante, ni rien de particulièrement originale (deux « ennemis » obligés de collaborer pour survivre en plein désert), mais les amateurs de films d’ailleurs (il s’agit d’une production Jordano-emirati-quatarienne) y trouveront leur compte.

LES NOTES :
LE CLIENT : 10/20
SWAGGER : 13/20
ALLIES : 06/20
ARES : 12,5/20
THEEB : 11/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.