CRASH TEST AGLAE : Pas de crash sur cette route !

crashtestaglaeafficheOn poursuit donc dans les roadmovie français avec Crash Test Aglaé. L’idée de base, un peu comme Djam, reste suivre les pas d’un personnage décalé mais attachant dans un périple fait de rencontres et de terres inconnues. Par contre, la personnalité des deux personnages en question est diamétralement opposée et je peux arrêter là le petit jeu des comparaisons que j’affectionne tant. En tout cas, Eric Gravel signe là un premier film très réussi, à défaut d’être aussi audacieux qu’il aurait pu l’être.

Crash Test Aglaé fonctionne avant tout parce que son personnage central attire tout de suite la sympathie du spectateur, malgré son effroyable psychorigidité. A la base, c’est même un trio qui parvient à séduire puisqu’elles sont bien trois à prendre la route. Un trio assez épatant et même assez inattendu, notamment pour ce qui est du rôle interprété par Yolande Moreau. Ensuite le scénario va de plus en plus loin dans le décalage entre les protagonistes et les lieux, jusqu’aux confins de l’Himalaya. Eric Gravel a peut-être pêché en s’interdisant de faire vraiment sortir son histoire du réalisme, se contentant d’un côté improbable. Une petite retenue qui empêche d’être définitivement enthousiasmé pour ce qui reste tout de même une aventure extraordinaire menée par un personnage absolument pas programmé pour cela.

crashtestaglaeCrash Test Aglaé doit beaucoup à la belle performance de India Hair, que l’on avait découvert il y a quelques temps déjà dans Camille Redouble. Elle prouve ici qu’elle possède vraiment l’étoffe d’un premier rôle. Elle porte une grande partie du film sur ses frêles épaules qui semblent donc beaucoup plus solides qu’elles en ont l’air. Son interprétation est parfaitement mise en valeur par le travail de réalisation d’Eric Gravel, donc la qualité est à souligner. Un roadmovie a toujours besoin d’une caméra capable de nous faire apprécier l’ambiance et l’esthétique des lieux. Il parvient à faire de ce film un joli voyage, plein de tendresse et ponctué d’une pointe d’humour. Un voyage que l’on ne regrette pas de mener en tout cas.

LA NOTE : 13,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Éric Gravel
Scénario : Éric Gravel et Fabrice de Costil
Costumes : Caroline Spieth
Photographie : Gilles Piquard
Montage : Reynald Bertrand
Musique : Philippe Deshaies, Lionel Flairs, Benoit Rault et Jean-Michel Pigeon
Producteur : Nicolas Sanfaute et Maciek Hamela
Durée : 85 minutes

Casting :
India Hair : Aglaé
Julie Depardieu : Liette
Yolande Moreau : Marcelle
Anne Charrier : la DRH
Frédérique Bel : Lola
Tristan Ulloa : Clovis
Adil Hussain : Shankar
Hanns Zischler : Furstenberg
Éric Berger : le délocalisateur
Franck Mercadal : Longchamps
Irina Wanka : Sigrun
Daria Panchenko : Uliana
Ustina Oksana : Daria

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.