AU POSTE ! : Réjouissante absurdité

auposteafficheL’humour absurde est connue pour être une spécialité anglaise, dont les Monty Python ont longtemps été le fer de lance. Mais un peu comme pour le football, ce n’est pas parce que les Anglais ont tiré les premiers qu’ils restent forcément les meilleurs et les seuls à exceller. En France aussi, nous possédons notre savoir faire en la matière, même s’il s’est plus souvent concrétisé à la télévision qu’au cinéma. D’ailleurs, Au Post !e ne possède pas toutes les caractéristiques d’un long métrage avec une durée de 1h13 seulement. Mais il n’en reste pas moins une fable à l’humour décalé et parfois même poétique, se laissant regarder avec grand plaisir. Un film qui n’a pas la prétention d’être plus que ce qu’il est. Et on ne s’en plaint pas.

J’avoue que, pendant longtemps, ce genre d’humour m’a laissé relativement insensible. Je l’apprécie désormais nettement plus, sans en être encore tout à fait un grand fan. Mais je dois admettre que c’est sans grand effort que je me suis laissé séduire par Au Poste !. Pendant les premières minutes, on ne sait d’ailleurs pas vraiment à quelle sauce nos zygomatiques vont être mangés, jusqu’à une histoire d’œil brouillé qui plante définitivement le ton du film. Je comprends parfaitement que l’on puisse ne pas accrocher et rester en dehors de cet univers sans queue ni tête. On est plus amusé que l’on éclate de rire. Mais on est surtout charmé par cet inattendu réjouissant.

auposteAu Poste ! offre une occasion en or à Benoît Poelvoorde de cabotiner comme il l’aime. Certes, on aimerait parfois que Quentin Dupieux l’ait dirigé de manière un peu plus ferme, mais à la fois, on est aussi venu voir ce film pour assister à son numéro habituel. Il est parfois un peu en roule libre, mais assez à son aise pour valoir un petit détour. Grégoire Ludig lui tient tête avec un certain talent, surtout qu’il fait preuve de bien plus d’application et de maîtrise dans son interprétation. Enfin, le casting compte pas mal de caméos et de petits rôles particulièrement réjouissants, en premier lieu Orelsan et Anaïs Demoustier. Ils concourent tous à la réussite de ce film qui nous fait passer un court mais bon moment.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Production : Atelier de production, UMedia, Cinéfrance
Distribution : Diaphana
Réalisation : Quentin Dupieux
Scénario : Quentin Dupieux
Montage : Quentin Dupieux
Photo : Quentin Dupieux
Décors : Joan Le Boru
Durée : 73 min

Casting :
Benoit Poelvoorde : Buron
Grégoire Ludig : Fugain
Marc Fraize : Philippe
Anaïs Demoustier : Fiona
Orelsan : Sylvain
Philippe Duquesne : Champonin
John Sehil : Franchet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.