PARANOIA : Folie en mode mineur

paranoiaafficheSteven Soderbergh figure incontestablement parmi les cinéastes les plus prolifiques de l’histoire du 7ème art, du moins dans son histoire la plus récente. Certains trouveront du coup qu’il dilue quelque peu son immense talent. Il est vrai que toutes ses œuvres ne se valent pas et certaines sortent sur les écrans dans un certain anonymat. Il n’y a pas eu par exemple d’hystérie autour de la sortie de Paranoïa, son dernier film passé relativement inaperçu. Ceci s’explique aussi assez naturellement par le fait qu’il ne figurera certainement pas parmi les éléments les plus marquants de sa filmographie. Ceci dit il ne s’agit pas non plus d’un mauvais film.

Paranoïa reprend un point de départ assez classique. Les hôpitaux psychiatriques ont toujours constitué un lieu relativement fascinant pour les scénaristes. Il est vrai qu’ils offrent de multiples possibilités, même si on retrouve toujours plus ou moins les mêmes éléments d’intrigue. Rien de très nouveau ici, mais on reconnaîtra volontiers à Steven Soderbergh une réelle habileté pour construire son histoire de manière à maintenir une tension et un intérêt du spectateur constants. Tout cela n’apportera rien à longue histoire du 7ème art, mais aura offert un agréable moment au public, ce qui n’est pas si mal, avouons-le.

paranoiaSteven Soderbergh reste un des maîtres de la réalisation style « reportage » avec une impression de caméra à l’épaule et un grain d’image qui fait plus penser à une vidéo prise avec un téléphone portable qu’à un classique hollywoodien. Ceci n’est évidemment qu’illusion, tant on sent que la photographie, assurée par Soderbergh lui-même, est soignée. Paranoïa permet aussi à Claire Foy de quitter le monde de la série télévisée pour tenir un premier rôle au cinéma. La transition du petit au grand écran se déroule sans soucis tant elle paraît à l’aise dans ce rôle qui demandait pourtant beaucoup de maîtrise. Mais Soderbergh reste aussi un merveilleux directeur d’acteur. Bref, un grand cinéaste, même dans ses œuvres les moins marquantes.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche techique :
Claire Foy : Sawyer Valentini
Joshua Leonard : David Strine
Amy Irving : Angela Valentini
Jay Pharoah : Nate Hoffman
Juno Temple : Violet

Production :
Production : Extension 765, New Regency Pictures, Regency Enterprises
Distribution : Twentieth Century Fox France
Réalisation : Steven Soderbergh
Scénario : Jonathan Bernstein, James Greer
Montage : Steven Soderbergh
Photo : Steven Soderbergh
Musique : Thomas Newman
Costumes : Susan Lyall
Durée : 98 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.