DILILI A PARIS : Midi à Paris

dililiaparisafficheMichel Ocelot a bercé mon enfance avec la Princesse Insensible, qui passait à Récré A2 et qui m’a laissé de grands souvenirs, bien que son passage à l’écran fut assez court. Pendant les quinze ans qui suivirent, ses œuvres passèrent nettement plus inaperçues, avant qu’il ne connaisse un immense succès avec Kirikou. Depuis, il offre régulièrement sur grand écran, aux petits et aux grands, des films d’animation poétiques et esthétiques. Le dernier d’entre eux, Dilili à Paris ne restera peut-être pas comme son film le plus marquant. Mais il prouve qu’à 75 ans, ce grand artiste a encore bien de belles choses à nous proposer.

On retrouve dans Dilili à Paris un peu de Minuit à Paris de Woody Allen. Au fil de ses aventures, la jeune héroïne va croiser un nombre très important de figures marquantes du début du XXème siècle, qui vont jouer un rôle plus ou moins grand dans l’intrigue. Graphiquement, la grande originalité de ce dessin-animé est de proposer le plus souvent possible des images réelles de la capitale comme décor. Il y a clairement une volonté de Michel Ocelot de nous plonger au cœur d’une époque et de la faire revivre. Le regard porté sur les lieux et les protagonistes est clairement un regard amoureux. Un joli regard en tout cas, car ce mélange d’animation et d’images réelles fonctionne à la perfection et ajoute l’étonnement au ravissement devant la beauté graphique du résultat.

dililiaparisLe seul soucis est que tous les éléments que je viens de citer prennent du coup beaucoup de place. Cela se fait au final un peu au détriment de l’intrigue. L’histoire est sympathique, on ne s’ennuie pas, mais les rebondissements et les péripéties sonnent parfois un peu comme un prétexte pour mettre en scène tout le reste. On jette donc un regard curieux sur Dilili à Paris, pas un regard passionné et enthousiaste. Le film reste une sortie familiale réussie et intelligente, mais n’entretiendra pas forcément les conversations pendant les jours et les jours qui vont suivre. En tout cas, les amoureux de Paris auront tout de même grand plaisir à suivre la jeune Dilili.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Production : Wild bunch, Mars films
Distribution : Mars films
Réalisation : Michel Ocelot
Scénario : Michel Ocelot
Montage : Patrick Ducruet
Photo : Michel Ocelot
Musique : Gabriel Yared
Durée : 95 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.