TOUT SIMPLEMENT NOIR : Tout simplement pertinent

toutsimplementnoirafficheParfois un film sort dans des circonstances particulières qui lui donnent une résonance particulière. On pourrait parler de circonstances heureuses pour le film et son réalisateur, mais quand elles sont tragiques, il serait déplacé de le faire. Je ne sais pas à quel point Jean-Pascal Zadi et John Wax se « réjouissent » de voir leur film sortir au milieu d’un telle actualité, mais personne ne pourra nier que cela rend son propos d’autant plus pertinent. Car au-delà de la comédie, Tout Simplement Noir nous offre du grain à moudre pour réfléchir sur tout un tas de sujets polémiques, pour ne pas dire brûlants. A n’en pas douter, certains rejetteront le propos. Personnellement, j’y souscris totalement.

Tout Simplement Noir renvoie, pas un formidable sens de la dérision, dos à dos le racisme et une certaine forme de lutte contre le racisme. S’il y a une conclusion à en tirer, c’est que la noblesse d’une cause ne peut pas justifier de dire et faire n’importe quoi. Ce qui fait que le film fonctionne est aussi bien est le choix de faire du personnage incarné Jean-Pascal Zadi le porteur de cette vision erronée. Il ne s’agit donc pas que de dérision, mais d’auto-dérision. On peut donc réfléchir sans se sentir visé (même si chacun pourra à un moment donné se sentir renvoyé à ses propres contradictions), surtout que la maladresse du « héros » le rend en fait terriblement sympathique et attachant. On rit de lui certes, mais souvent aussi avec lui, car on sent bien qu’il cherche à nous dire quelque chose à travers cette caricature.

toutsimplementnoirTout Simplement Noir regorge d’apparitions et de caméos tous aussi sympathiques les uns que les autres. Cela renforce l’attachement que l’on peut ressentir pour ce film, tout en restant finalement assez anecdotique. En effet, tout repose largement sur Jean-Pascal Zadi qui parvient à livrer un merveilleux numéro d’acteur, tout en restant, on le sent bien, largement lui-même. On retiendra cependant quelques jolis morceaux de bravoures, notamment la scène avec Fabrice Eboué et Lucien Jean-Baptiste. Mais le film en compte quelques autres. Bref, on rigole beaucoup, on réfléchit beaucoup et on en ressort rassuré sur la capacité de certains à porter encore de vrais messages positifs et unificateurs. Et cela fait vraiment du bien par les temps qui courent !

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Jean-Pascal Zadi et John Wax
Scénario : Jean-Pascal Zadi et Kamel Guemra
Musique : Christophe Chassol
Montage : Samuel Danési
Photographie : Thomas Brémond
Son : Mathieu Leroy
Costumes : Emmanuelle Youchnovski
Production : Sidonie Dumas
Durée : 90 minutes

Casting :
Jean-Pascal Zadi : JP
Fary : lui-même
Caroline Anglade : Camille,
Lilian Thuram : lui-même
Claudia Tagbo : elle-même
Cyril Hanouna : lui-même
JoeyStarr : lui-même
Vikash Dhorasoo : lui-même
Kareen Guiock : elle-même
Fabrice Eboué : lui-même
Lucien Jean-Baptiste : lui-même
Éric Judor : lui-même
Fadily Camara : elle-même,
Ramzy Bedia : lui-même
Rachid Djaïdani : lui-même,
Melha Bedia : elle-même
Amelle Chahbi : elle-même,
Jonathan Cohen : lui-même
Soprano : lui-même
Omar Sy : lui-même
Stéfi Celma : elle-même
Ahmed Sylla : lui-même
Augustin Trapenard : lui-même

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.