MINARI : Rêves en exil

Quel est le prix que l’on est prêt à payer pour réaliser ses rêves ? Qu’est-on prêt à sacrifier pour y parvenir ? Quand doit-on renoncer ? Vous avez quatre heures… Ou bien vous pouvez faire le choix, pertinent d’aller voir Minari. Un film américain qui vous emmènera en Arkansas pour suivre le destin d’une famille coréenne qui compte y trouver un lieu pour y connaître fortune et succès. Evidemment rien ne sera simple, ni se déroulera comme prévu. Le choc des cultures sera plutôt violent, surtout quand vient se joindre à eux une grande-mère qui ne compte pas spécialement se fondre dans la masse.

Le fameux rêve américain n’a pas fini d’inspirer des histoires, tant il peut être abordé de bien des manières. Il faut bien avouer qu’une vision désabusée donne souvent le résultat le plus intéressant. Minari en est la preuve. Du rêve au cauchemar, il n’y a souvent qu’un pas et toute la volonté du monde ne garantit pas toujours le succès. Tout cela, quand il est traité avec ce qu’il faut d’intelligence, donne un drame au sens noble du terme. On n’en ressort peut-être pas débordant d’optimisme, mais jamais l’histoire ne noircit le tableau de manière gratuite. Le film nous offre une jolie réflexion humaniste, le tout enrobé dans un portrait sans concession de l’Amérique profonde et de ses contradictions.

Ceux qui connaissent le cinéma coréen ne seront pas surpris de voir que le casting de ce film nous permet de découvrir une série de merveilleuses comédiennes et de merveilleux comédiens. Les fans de The Walking Dead retrouveront Steven Yeun avec beaucoup de joie, dans un contexte radicalement différent de la série qui l’a fait connaître. Mais la vraie star du film est Youn Yuh-jung, qui interprète l’inénarrable grand-mère. Une performance de très haut niveau qui lui a valu un Oscar amplement mérité. Minari n’a peut-être pas toutes les qualités du monde, mais il en possède suffisamment pour justifier un passage par une salle obscure.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Réalisation et scénario : Lee Isaac Chung
Musique : Emile Mosseri
Direction artistique : W. Haley Ho
Décors : Yong Ok Lee
Costumes : Susanna Song
Photographie : Lachlan Milne
Montage : Harry Yoon
Production : Dede Gardner, Jeremy Kleiner et Christina Oh
Durée : 115 minutes

Casting :
Steven Yeun : Jacob Yi
Han Ye-ri : Monica Yi
Alan Kim : David Yi
Noel Kate Cho : Anne Yi
Youn Yuh-jung : Soon-ja
Will Patton : Paul
Scott Haze : Billy
Jacob Wade : Johnnie
Darryl Cox : M. Harlan
Esther Moon : Mme Oh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.