LES NOCES REBELLES ; Quand la médiocrité du quotidien nous offre un chef d’oeuvre

lesnocesrebellesafficheCombien de comédies romantiques ? Combien de fins heureuses ? Combien de « et il vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ? Le cinéma nous en offre beaucoup. On ressort de ces films avec une folle envie de tomber amoureux, une folle envie de prendre dans ses bras la première inconnue et lui dire « je t’aime » ! Le cinéma est une machine à rêves, il est rare qu’il choisisse de les briser. Mais les Noces Rebelles, le nouveau film de Sam Mendes, met à rude à épreuve notre foi dans l’amour et le bonheur éternels.

Frank et April Wheeler s’étaient promis d’être un couple hors du commun, de vivre leur vie intensément, de ne jamais renoncer à leurs rêves. Mais alors qu’ils ont à peine la trentaine, ils vivent l’existence caricaturale des banlieusards américains. Lui travaille dans l’entreprise où son père a travaillé toute sa vie. Il y occupe un emploi qu’il déteste, prenant chaque matin le même train, quittant la grande maison qu’ils ont acheté pour élever leurs deux enfants. Elle rêvait d’être actrice et se retrouve femme au foyer, dans une banlieue peuplée de gens inintéressants et médiocres. Mais elle refuse de perdre espoir et se décide à convaincre son mari de vivre leurs rêves tant qu’il en est encore temps et de partir vivre à Paris.

15 ans après Titanic, Leonardo Di Caprio et Kate Winslet ont bien mûri. Leurs personnages aussi. Les Noces Rebelles nous compte l’histoire d’un couple qui a renoncé à être « the king of the world », qui en souffre et qui se le reproche mutuellement. Ce film est tellement loin de l’image du couple véhiculée d’habitude par le cinéma, que ce film a profondément marqué les esprits de tous ceux qui l’ont vu. Après l’on pourra débattre sur le fait que la réalité ressemble malheureusement plus souvent à ça, mais je ne pense pas que cela soit l’objet d’une critique cinéma.
Les Noces Rebelles est surtout un film sur l’oppression qu’exercent les normes sociales sur nos aspirations. Bien sûr, le film se déroule dans les années 50, une époque beaucoup moins « libérée ». On peut d’ailleurs faire facilement la parallèle entre ce film est Loin du Paradis, où une femme blanche tombait amoureuse de son jardinier noir. Mais la réflexion reste évidemment d’actualité. Combien de fois renonçons-nous parce que cela ne se fait pas, parce que ce n’est pas « raisonnable » ? Bien sûr, cela ne nous consume pas comme les personnages de ce film, et heureusement. Mais la réflexion est forte, profonde, touchera chacun d’entre nous, surtout que la mise en image est d’une splendeur époustouflante.

lesnocesrebellesLa caméra de Sam Mendes est une des plus élégante du cinéma américain, on le savait déjà. Il nous avait déjà prouvé son talent prodigieux avec Americain Beauty, mais Les Noces Rebelles est encore un cran au dessus. Filmer la tension du quotidien est un exercice difficile car cela repose beaucoup plus dans les moments de silence, dans les non-dits que dans les explosions de colère passagers. Ce film déborde de tension, une tension transmise au spectateur de la première à la dernière seconde. Ne croyez pas une seule seconde que l’on peut s’ennuyer devant ce film, tant chaque plan vous enserre l’esprit et le c?ur. On ne ressort pas indemne de ce film, qui vous prend littéralement aux tripes. Il révèle au grand jour la médiocrité de nos quotidiens, la mort de nos désirs, alors que le cinéma, la publicité, la morale et la société tout entière essayent de nous vendre ça pour du bonheur. Frank et April ont tout pour être heureux, disent leurs voisins, qui refusent d’imaginer qu’ils puissent être malheureux. Car si eux le sont, alors ils le sont tous !

L’autre grand monsieur des Noces Rebelles est Leonardo Di Caprio. Pourtant, dieu sait ce que j’ai pu détester cet acteur quand il traînait sa bouille indécemment juvénile de blondinet bien pensant. Ce temps est loin désormais et il faut que j’arrête de faire référence à cette époque à chacune des critiques que j’écris sur un film où il joue. Leonardo Di Caprio est un immense acteur, réellement immense et plus rien ne l’empêchera de rentrer à jamais dans l’histoire du 7ème art. Sa performance dans les Noces Rebelles est un modèle par sa justesse et sa force. Il fait à la fois preuve d’une retenue qui rend son personnage humain et accessible, et d’une expressivité qui transmet chaque once des sentiments qui le torturent. Ce film lui doit beaucoup, le cinéma dans son ensemble également désormais.

Les Noces Rebelles sera peut-être battu par l’extraordinaire Slumdog Millionnaire demain aux Oscars. Mais tout autre année, aucun doute n’aurait plané sur le nom du film lauréat !

Fiche technique :
Production : Dreamworks Pictures, BBC Films, Evamere Entertainment, Neal Street
Distribution : Paramount
Réalisation : Sam Mendes
Scénario : Justin Hayes
Montage : Tariq Anwar
Photo : Roger Deakins
Décors : Kristi Zea
Son : Danny Michael
Musique : Thomas Newman
Effets spéciaux : John Stifanich
Costumes : Gail Fitzgibbons
Maquillage : Michele Paris
Directeur artistique : Terri Carriker-Thayer
Durée : 125 mn

Casting :
Kate Winslet : April Wheeler
Leonardo DiCaprio : Frank Wheeler
Kathryn Hahn : Milly Campbell
David Harbour : Shep Campbell
Kathy Bates : Mrs Givings
Richard Easton : Mr Givings
Michael Shannon : John Givings
Ryan Simpkins : Jennifer Wheeler
Ty Sympkins : Michael Wheeler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.