LES ENFANTS DE L’ATLANTIDE, TOME 2 : L’ARCHIPEL DU SOLEIL (Bernard Simonay) : Un flash-back qui relance le récit

lesenfantsdelatlantide2Jehn a désormais pleinement conscience qu’il est la réincarnation de Astyan, Titan fondateur de l’Atlantide. Les souvenirs lui reviennent et sont relatés ici. La fondation de l’Empire, les siècles de paix et de prospérité avant l’apparition de la secte du Serpent qui a juré de libérer l’humanité de la tutelle, pourtant bienveillante, des Titans. Mais il restera à Jehn à comprendre ce qui s’est passé pendant les siècles où il fut absent de la Terre et durant lesquels l’Atlantide a disparu.

Les Enfants de l’Atlantide, tome 2 : l’Archipel du Soleil n’est donc, à quelques pages près, qu’un long flash-back. Cependant, cela n’altère en rien l’intérêt du récit car il nous transporte à une époque et surtout un contexte très différents. Nous découvrons une civilisation avancée technologiquement sur bien des points ayant prospéré avant l’époque néolithique. Rien n’est encore dévoilé sur ce qui provoquera sa chute, même si on voit bien que des jalons sont posés.

Si le premier tome était un livre d’aventures sympathique, Les Enfants de l’Atlantide, tome 2 : l’Archipel du Soleil élargit considérablement la portée du récit. D’un destin individuel, nous passons à la description de tout un monde. Ainsi, ce second tome ne donne pas une seule seconde une impression de déjà-vu. Au contraire, on a envie de lire la suite pour voir comment l’auteur va relier ces récits si différents. On en a déjà une idée, mais cela maintient l’intérêt du lecteur pour poursuivre la lecture de la saga (qui compte quatre tomes en tout).

Ce constat fonctionne aussi pour le personnage principal. Jehn, chasseur d’une petite tribu isolée, et Astyan, Titan qui dirige un empire, sont à la fois la même personne et deux personnages diamétralement opposés. La suite du récit devrait logiquement montrer comment l’un peut redevenir l’autre, même si cette métamorphose a largement été entamée dans le premier volet. Là encore, l’intérêt pour le récit en bénéficie largement.

Le style de Bernard Simonay reste toujours aussi agréable. Les batailles épiques qui se déroulent dans Le Enfants de l’Atlantide, tome 2 : l’Archipel du Soleil sont parfaitement décrites, ce qui n’est pourtant pas toujours évident à réaliser. On visualise très bien la tactique des protagonistes sur le champ de bataille, sans pour autant avoir droit à de longues et fastidieuses descriptions. Le récit est toujours vif et le plus souvent tourné vers l’action. Les allergiques à Tolkien peuvent être rassurés…sans pour autant que les fans ne soient découragés de se plonger dans cette saga.

Les Enfants de l’Atlantide, tome 2 : l’Archipel du Soleil réussit donc parfaitement à donner un second souffle à cette tétralogie. Cependant, malgré toutes ses qualités, elle reste une œuvre parmi beaucoup d’autres dans un genre très prolifique. On est là plutôt dans le haut du panier certes, mais pas dans le culte non plus. Les amateurs du genre fantasy seront donc ravis, les autres pourront se laisser tenter, sans en faire forcément une priorité. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.