3ème NAISSANCE

plumeVoilà donc la version 3 de mon site Internet ! Frontpage est mort, vive Joomla !

Qu’est ce qui m’a donc poussé à consacrer une partie de mes vacances à retravailler un site que j’ai, il faut bien l’avouer, plutôt négligé depuis mon élection au Conseil Municipal et depuis que j’écris de longues critiques ciné sur Ciao. Ce n’est pas forcément l’envie qui me manquait, plutôt un manque de temps. Vais-je en trouver plus désormais, ça on verra bien.

Mon amour de l’écriture est indéniable et fait intimement partie de moi. Je ne manque pas d’occasion de l’assouvir que ce soit dans mon boulot, dans le cadre de mes activités politiques ou pour mes critiques cinés. Cependant, je me suis quelque peu enfermé dans ces cadres là dont aucun ne représente un réel espace de liberté. Du coup, cela a abouti à un fort sentiment de frustration que cette nouvelle version de mon site sera l’occasion d’apaiser.

Peut-être ferai-je mieux de me consacrer enfin sérieusement à une écriture plus « littéraire ». Ce n’est là encore une fois ni l’envie, ni les idées qui me manquent, mais encore plus qu’un manque de temps, un manque de courage face à l’investissement que cela nécessite. A 30 ans, n’avoir pondu que deux nouvelles et un poème (j’ai bien écrit et terminé d’autres trucs, mais que je ne peux ou ne souhaite pas faire lire) ne fait pas de moi un écrivain très prolifique. J’ai bien sur mon disque dur quelques débuts de romans, ou au moins de longues nouvelles, mais au rythme d’un paragraphe par an, ce n’est pas prêt d’aboutir. Je ne renonce pas à m’y consacrer plus sérieusement, cependant, je ne suis pas sûr que cela soit jamais compatible avec mon emploi du temps.

Et puis, surtout, j’aurais bien du mal à abandonner ce site pour une raison plus personnelle. Une grande partie de son contenu est le résultat des deux ans de chômage qui ont suivi l’obtention de mon diplôme. Y consacrer du temps chaque jour a été important pour mon équilibre mental pendant ces longs mois d’inactivité. Et si jamais, mon site sombrait définitivement dans l’abandon, alors ces deux années seraient définitivement deux années perdues. Et ça, ce n’est pas quelque chose que je suis prêt à accepter !

A bientôt donc pour bien d’autres billets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.