NUMERO 9 : Inabouti

numero9afficheJ’entends encore certains d’entre vous s’écrier « oh encore un film d’animation. Il va encore nous expliquer que c’est génial, patati et patata… ». Et bien, pas du tout, cette fois, je vais vous parler d’un film d’animation médiocre. Pourtant la bande-annonce de Numéro 9 semblait prometteuse et la présence de Tim Burton à la production semblait être un gage de qualité.

Dans un futur plus ou moins proche, l’humanité a été exterminée par les machines qu’elle avait elle-même crée. Les derniers être vivants sur Terre sont 9 petites créatures, des sortes de poupées de chiffon crée par le même scientifique qui a mis au moins l’intelligence artificielle à l’origine de la fin de l’humanité. Il vivent dans la peur de la « Bête », une des dernières machines à fonctionner encore. Mais parmi eux, « Numéro 9 » ne peut se résoudre à vivre terré dans la peur et part à la rescousse de « Numéro 6 » tombé dans les griffes de la « Bête ».

Numéro 9 est le premier film d’animation sorti aux Etats-Unis à ne pas avoir été classé « tout public ». Seuls les enfants accompagnés ont pu s’y rendre. Pourtant, il n’y a pas non plus de quoi hurler de terreur. Certes, l’ambiance générale est plutôt sombre, mais pas plus que n’importe quel épisode d’Harry Potter. Enfin de toute façon, un, nous ne sommes pas aux Etats-Unis et deux, si vous êtes en train de lire ce texte, c’est que vous êtes à priori assez grand pour aller voir ce que vous voulez au cinéma.

numero9A l’origine, Numéro 9 était un simple court-métrage qui a été allongé pour le passage sur grand écran. Et malheureusement, ça se ressent dans le scénario qui est assez bancal. La bande-annonce nous a fait miroiter un contenu beaucoup plus riche, alors qu’au final l’histoire est assez linéaire et pas vraiment passionnante. La profondeur que l’on attend dans un film de 80 minutes qui se veut aussi sombre n’est pas du tout au rendez-vous. Le monde de Numéro 9 est trop simpliste pour être véritablement intéressant.

A côté de ça, il faut bien avouer que visuellement, Numéro 9 est un vrai bijou esthétique. Cependant, l’animation a fait de tels progrès depuis 10 ans que ce genre de performance nous émeut de moins en moins. C’est pourtant particulièrement injuste envers le travail remarquable réalisée par toute l’équipe artistique de ce film.

Le casting voix était réellement prestigieux et il n’y a rien à reprocher à Numéro 9. Que ce soit Elijah Wood, John C.Reilly ou Jennifer Connelly, tous les interprètes ont pris leur rôle très au sérieux et apporte une vraie crédibilité et une vraie personnalité aux personnages.

Numéro 9 est un donc un film non abouti, techniquement presque parfait, mais dont l’intérêt du scénario est trop faible pour soulever l’enthousiasme.

Fiche technique :
Production : Focus features, Starz animation, Tim Burton
Distribution : SND distribution
Réalisation : Shane Acker
Scénario : Shane Acker, Pamela Pettler
Montage : Nick Kenwau
Décors : Robert St. Pierre, Fred Warter
Musique : Deborah Lurie
Directeur artistique : Christophe Vacher
Durée : 80 mn

Casting :
Elijah Wood : 9 neuf
John C. Reilly : 5 cinq
Jennifer Connelly : 7 sept
Crispin Glover : 6 six
Martin Landau : 2 deux
Christopher Plummer : 1 un
Fred Tatasciore : 8 huit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.