TELS NAINS, TEL NAIN

nainLa visite de Sarkozy chez Faurecia n’en fini pas de faire couleur de l’encre. Que l’anecdote soit vraie ou non, il n’empêche qu’il manque quand même un élément important dans la réflexion. Les électeurs… ou plutôt pourquoi les hommes politiques se sentent obligés d’en recourir à de telles pratiques.

Dans le cas de Sarkozy, c’est évident qu’il y’ aussi un problème d’ego, regrettable chez quelqu’un qui occupe un tel poste et qui est l’image de la France de part le monde. Mais soyons honnêtes, il ne serait pas le premier à utiliser des subterfuges pour des soucis d’image. Si c’est regrettable puisque cela s’apparente à de la manipulation, ce qui est regrettable également, c’est que ce sont des paramètres dont la maîtrise est devenue indispensable en politique à ce niveau. Et si elles le sont, c’est que les électeurs en tiennent compte !

Bien sûr, on s’attend à ce que les hommes politiques tirent la société vers le haut. Mais tous ceux qui ont étudié un minimum les mécanismes de sélection naturelle vous le diront : si tricher sur son image apporte un avantage sur les gens honnêtes, alors les tricheurs finiront pas éliminer leurs concurrents trop scrupuleux. Et cela, quelque soit la proportion de tricheurs de départ…

Il ne faut donc pas attendre un changement de comportement de la part des hommes politiques. C’est mathématiquement impossible… Ce sont donc aux électeurs de jouer leur rôle et de sanctionner les tricheurs. Mais ce n’est pas gagné…

Il y’a quelques jours, une amie à moi, qui a voté Sarkozy, était furieuse contre une fermeture de classe dans l’école où va sa fille. Les suppressions de postes dans l’éducation nationale étaient pourtant clairement et sans aucune ambiguïté annoncé par le candidat Sarzoky, qui pour le coup, a tenu toutes ses promesses. Pourquoi a-t-elle voté pour lui alors ? Je ne connais pas la réponse précise et exacte, mais je doute fort qu’elle incite les hommes politiques à privilégier le fond et à négliger la forme… Les nains ont de grands jours devant eux en politique…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.