BACK TO BLACK (Amy Winehouse) : On attend le retour du retour !

backtoblackamywinehouseDans la série, les meilleurs partent toujours les premiers, je voudrais Amy Winehouse… Ah bah non, merde, je me goure, elle n’est pas encore morte…

Allez, cette petite touche d’humour noir est là pour nous faire rire alors que la musique vient de perdre coup sur coup un Musclé et un 2BE3. Espérons qu’Amy n’attrape pas la grippe A et qu’elle nous réserve bien d’autres album que ce Back to Black.

Car si Amy Winehouse est complètement barrée, et c’est peu de le dire, elle est surtout immensément talentueuse. Back to Black est une petite merveille que chaque bonne discothèque se doit de contenir. 11 chansons pour 32 minutes de musique, c’est peu, mais quand ce sont 32 minutes de pur bonheur, on se régale et on savoure.

Back to Black est sorti à l’automne 2006 en Angleterre et au printemps suivant dans le reste du monde. Et partout le succès fut immense, que ce soit pour les single, Rehab en tête, ou pour l’album en entier. Il s’agit en fait de son second album, le premier, sorti en 2003 avait un destin plus anonyme, même s’il avait été en succès Outre-Manche. Avec ce disque, Amy Winehouse a été propulsée au rang de star mondiale, la légende étant entretenue par ses frasques et soucis divers et variés.

Mais Amy Winehouse, c’est avant tout une voix chaude et incroyablement profonde. Ses titres naviguent entre le jazz, la soul et le RnB. Mais le genre importe peu quand on est face à une telle qualité vocale, à une telle énergie. Les instrumentations sont de grande qualité, mais elles sont surtout là pour mettre en valeur la voix d’Amy Winehouse. Le terme d’accompagnement prend ici tout son sens, le guide qui tire tout le monde vers le haut étant les cordes vocales de la jeune Anglaise (elle 4 ans de moins que moi, elle sera donc éternellement jeune !).

De plus, Back to Black est vraiment très dense niveau qualité. Si les deux singles principaux, Rehab et Back to Black, sortent du lot, aucun morceau n’est à jeter. Seul Some Unholy War est un peu en retrait, sans pour autant faire le moindre mal à nos oreilles.

Il faut espérer qu’Amy Winehouse garde son statut de star, et ne prenne pas celui de comète. Cela fait un moment que la chanteuse n’a pas défrayé le chronique. On peut donc garde espoir que la prochaine fois qu’elle fera la une de l’actualité, cela sera pour un nouvel album tout aussi réussi que Back to Black.

Regardons donc de plus près les titres de cet album.

1.: Rehab
Le plus grand tube de l’album. Une énergie folle, dégagée par une voix fantastique, tout son talent est là.

2.: You Know I’m No Good
Un titre plus chaud, plus lent, mais qui du coup permet de savourer encore plus la voix sublime d’Amy Winehouse.

3.: Me And Mr Jones
La voix d’Amy Winehouse se superpose à des chœurs. Le tout sonne comme de la musique soul des années 60, mais d’une étonnante modernité. Un résultat original.

4.: Just Friends
Une chanson plus calme avec une instrumentation plus soft. Elle sonne comme une sorte d’intermède, mais pour un résultat pas mal du tout.

5.: Back To Black
L’autre tube de l’album. Plus sombre et plus fort que Rehab, ce morceau prend vraiment aux tripes.

6.: Love Is A Losing Game
Une chanson beaucoup plus douce. L’instrumentation a moins d’intérêt ici, mais la voix d’Amy suffit à notre bonheur.

7.: Tears Dry On Their Own
Un titre plus léger et plus guilleret qui sonne très années 70.

8.: Wake Up Alone
Une chanson que l’on pourrait qualifié de slow (ah les boums de notre adolescence !). Elle permet d’admirer à loisir la merveille de suavité de la voix d’Amy Winehouse. Un vrai bonheur pour les oreilles.

9.: Some Unholy War
Une chanson relativement lancinante. La moins bonne de l’album.

10.: He Can Only Hold Her
Un titre beaucoup plus énergique que le précédent. Ce n’est pas le plus intéressant de l’album, mais se laisse écouter avec plaisir.

11.: Addicted
Une chanson dans le ton du reste de l’album. Une bonne conclusion qui sonne comme un générique de fin. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.