FRANCE-ITALIE : MATCH NUL !

lyonfiorentinaLa triple confrontation franco-italienne en Ligue des Champions aura donc débouché sur une victoire, un nul et une défaite, 3 buts marqués, 3 buts encaissés. Autant dire une égalité parfaite. On pourra y voir un progrès général des clubs français à ce niveau ou un signe du déclin persistant du Calcio en Europe. De toute façon, il est un peu tôt pour tirer la moindre conclusion à ce niveau. Surtout que ces trois résultats cachent des réalités très différentes.

Bizarrement, la seule équipe victorieuse, Lyon, est peut-être celle qui a laissé l’impression la plus mitigée. Incapable de bousculer la Fiorentina en première mi-temps, le club du Rhône n’aura du son salut qu’à l’expulsion de Gilardino. Et encore, malgré cela, la victoire mit longtemps à se dessiner et Lyon n’a vraiment fait la différence que dans le dernier quart d’heure, où les Italiens étaient à bout physiquement. Une victoire plutôt chanceuse donc, mais comptablement très précieuse. Et puis, on ne va pas se plaindre du fait que, pour une fois, ce genre de scénario sourisse à un club français au détriment d’un club transalpin et non l’inverse, comme ce fut si souvent le cas en Coupe d’Europe.

A l’inverse, Marseille a réalisé une opération très défavorable arithmétiquement, malgré de grandes promesses dans le jeu. Cependant, le génie, ça ne s’explique pas et celui de Pippo Inzaghi est indéniable. Une demi-occasion, deux buts et voilà les Olympiens battus injustement 2-1. Si c’est prometteur pour la suite, le handicap de cette défaite à domicile d’entrée sera difficile à surmonter, surtout vu le déplacement à Madrid qui attend Marseille pour son prochain match.

La vraie bonne performance vient donc du champion de France en titre, Bordeaux, dont le nul ramené de Turin vaut bien des victoires. Le terrain de la Juventus n’a pourtant que très rarement souri aux clubs français, c’est le moins que l’on puisse dire. Et vue la physionomie du match, une victoire n’aurait pas été illogique, même si les Italiens, en tirant sur la barre dans les derniers instants, auraient pu eux aussi l’emporter. Quel contraste avec l’entrée dans la compétition des Bordelais l’année dernière et cette déculottée reçue à Chelsea, sans avoir eu l’air de combattre ! Cela démontre les énormes progrès réalisés par cette équipe…

… et espérons le par le football français de clubs qui nous a apporté surtout des déceptions cette dernière décennie. Début de réponse dans quinze jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.