LE GRAND SAUT QUE JE NE FERAI PAS

sautenparachuteDemain, je vais accompagner une amie à son baptême de parachute. Enfin moi, je fais juste le taxi jusque dans la Somme et je reste bien les deux pieds sur terre. Pas question, de me jeter le vide, même avec un monsieur derrière moi qui, lui, est sûr de savoir ouvrir le parachute à temps.

Pourtant n’ayant pas du tout le vertige, je suis persuadé que j’adorerais la sensation. Mais soyons clair, je ne le ferai jamais parce que j’ai tout simplement beaucoup trop peur, les boules, les chocottes et bien plus encore. De même, je ne sauterai jamais à l’élastique, je ne ferai jamais de parapente ou de deltaplane.

Et oui, j’ai un petit côté chochotte. Déjà, j’ai super peur de l’eau. Et pas parce que cette saloperie dilue le pastis ! Ca a toujours été et le fait que je n’ai pas pu apprendre à nager avant l’age de onze ans n’a évidemment rien arrangé. Enfin, ce n’est pas que je n’aime pas me baigner, ni même nager, au contraire. J’ai simplement la phobie de mettre la tête sous l’eau.

En fait, ce que je n’aime pas, c’est perdre le contrôle. C’est à peu près vrai à tous les niveaux chez moi, mais comme je suis musclé comme un flan aux pruneaux (même si ça s’est bien amélioré depuis 9 mois), que j’ai toujours été nul en gym (je suis le seul con à ne pas avoir réussi à avoir la moyenne en sport au bac…), disons que j’ai facilement et rapidement physiquement cette sensation. J’ai fait une fois du rafting. Je suis certes content d’avoir fait… Mais je dis bien avoir fait, parce que sur le moment je n’étais pas content du tout ! En plus, évidemment, je suis le seul con à m’être retrouvé sous le bateau quand on a fait un exercice de chavirage.

Bref, je félicite Hélène pour le courage qu’elle va avoir demain et que je n’aurais jamais. Mais bon, je vis très bien sans !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.