TEASER AND THE FIRECAT (Cat Stevens) : Du pur Cat Stevens (pour finir)

teaserandthefirecatcatstevensVoilà, mon voyage (dans l’ordre alphabétique…) dans la carrière de Cat Stevens touche à sa fin avec ce dernier album : Teaser and the Firecat, sorti en 1971. Un de ses plus importants succès commerciaux, une de ses œuvres les plus abouties.

Pour l’anecdote, ce disque illustre un livre pour enfant écrit et illustré par Cat Stevens lui-même. L’histoire d’un homme et de son chat qui cherchent à remettre en place la lune, après que celle-ci soit tombée.

Bref, revenons à la musique. Teaser and the Firecat contient plusieurs grands classiques de Cat Stevens. Il pourrait presque s’apparenter à un “best-of », non qu’il soit son meilleur album (ce titre revient sans conteste à Tea for the Tillerman), mais parce qu’il est sans doute le plus typique de son style. On y retrouve toutes les caractéristiques de sa musique, sans aller dans certaines extrémités de certaines de ses œuvres. Un album parfaitement équilibré donc, qui nous permet de profiter pleinement du génie de Cat Stevens.

Encore une fois, on retrouve donc d’un côté une instrumentation folk où domine soit guitare sèche, soit le piano, mais qui comporte également, parfois dans la même chanson, un nombre très important d’autres instruments, qu’il n’est pas d’ailleurs toujours aisé de reconnaître. De l’autre, un rythme qui peut changer brutalement entre le couplet et le refrain. Ces ruptures concernent aussi l’intensité de la voix de Cat Stevens.

Sa voix parlons-en. Je n’ai cessé de le répéter au cours de tous ces avis, mais Cat Stevens possède une des voix les plus extraordinaires jamais enregistrés. Incroyablement chaude et profonde, elle éclipserait presque tout le travail d’accompagnement pourtant si fouillé. D’ailleurs, si même un morceau de Cat Stevens moyen, reste un délice pour les oreilles, c’est avant tout grâce à elle. Avec une telle voix, vous ne pouvez jamais rater totalement une chanson.

Teaser and the Firecat est donc à conseiller à tous ceux qui voudront connaître l’univers de Cat Stevens, sans aller forcément jusqu’à l’exhaustivité la plus complète. Il constitue un monument de la musique folk… et même de la musique tout court.

Mais faisons le tour des morceaux que l’on trouve sur Teaser and the Firecat.

1.: Wind
Une courte ballade à la guitare, avec une voix très posée. Ce morceau constitue une véritable introduction à cet album.

2.: Ruby Love
Une ballade beaucoup plus typique du style de Cat Stevens : elle est accompagnée de multiples instruments et connaît aussi bien des changements de rythme de la mélodie que d’intensité dans la voix.

3.: If I Laugh
Une ballade aux accents tristes, très sobres, mais loin d’être la plus intéressante de l’album.

4.: Changes IV
Un morceau beaucoup plus énergique où la voix de Cat Stevens prend (presque) toute sa mesure.

5.: How Can I Tell You
Une autre ballade au ton plutôt triste. Mais cette fois, la mélodie véhicule beaucoup plus d’émotion. Le résultat est de facture sobre, même si l’instrumentation garde sa variété habituelle.

6.: Tuesday’s Dead
Un grand classique dans le registre des chansons énergiques de Cat Stevens. Rytmée, variée, une parmi ses meilleures chansons.

7.: Morning Has Broken
Le meilleur aussi, mais dans le registre ballade. Un morceau où la voix de Cat Stevens est tout simplement sublime.

8.: Bitter Blue
Un morceau énergique mais pas magique. Un titre pop sans grand relief.

9.: Moonshadow
Un autre de ses grands classiques : une ballade, pas la meilleure, mais tellement au-dessus de la moyenne du genre !

10.: Peace Train
Une chanson énergique dans le plus pur style Cat Stevens. Un parfait résumé de son génie pour conclure ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.