UN AIR DE DEJA VU…

psglorientLes deux premiers articles de ce blogs, datés des 14 et 15 janvier 2007, traitait d’un PSG mal en point, ce qui avait abouti au limogeage de Guy Lacombe et l’arrivé de Paul Le Guen. Et bien, dans leur grande gentillesse, les joueurs parisiens ont décidé de boucler la boucle pour revenir au point de départ. Après tout, la constance est une qualité comme une autre…

Bon, comment en est-on arrivé là ? Ou plutôt revenu là ? Déjà, ce qui fait la beauté du football, c’est tout de même que tout ne tient qu’à un petit rien. Un gardien qui sort le match de sa vie, une expulsion alors que l’on mène au score, un but refusé pour un hors-jeu inexistant et trois victoires se transforment en trois défaites. Si le PSG avait pris 9 points au lieu de 0, on parlerait au contraire d’une équipe en pleine confiance, combien même la qualité de jeu serait à peu près la même.

Mais voilà, c’est bien 0 point qui ont été pris, pas 9. En football, comme ailleurs, la chance cela se provoque. Un tir sur le poteau c’est autant du ressort du manque de bol que de le maladresse. Le parcours de Bordeaux l’année dernière a prouvé qu’un moral à tout épreuve, et accessoirement un fond de jeu, pouvait permettre de renverser systématiquement des situations compromises par des évènements contraires. Et il est évident que le PSG ne possède à ce jour ni l’un, ni l’autre.

Faut-il pour autant désespérer ? Non pas forcément. Le football est une histoire de dynamique et ces dernières peuvent s’inverser brutalement et complètement…ou pas. Mais bon, quand on voit Grenoble mettre un 5-0 à Auxerre, on se dit que le football réserve souvent bien des surprises. C’est pour ça qu’on l’aime… même si rien ne nous assure jamais qu’elles soient bonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.