IRON MAN 2 : Il va pleuvoir, les boîtes de conserve volent bas

ironman2afficheNourri depuis le berceau aux comics, j’attends toujours avec impatience tous les nouveaux films de super-héros. Mais en fan et en cinéphile exigeant, je regarde toujours d’un œil critique toutes ces adaptations. Le premier volet des aventures de Iron Man m’avait plutôt déçu. J’espérais que le second soit de meilleure facture… C’est raté, la boîte de conserve volante ne s’élève toujours pas très haut.

Tony Stark est devenu une super star dans son rôle d’Iron Man, apportant au monde la paix et la sécurité. Il pavane, cherchant à oublier que son pouvoir a un prix qui l’emmène doucement à une mort certaine. Cette attitude en agace plus d’un et des doutes se font entendre sur sa capacité à assurer seul la mission qu’il s’est donné. Surtout quand un mystérieux personnage surgit avec un équipement proche du sien, alors qu’il avait toujours prétendu que cette technologie était inaccessible à un autre que lui.

Le grand défaut de Iron Man 2 repose dans le fait qu’il ne s’y passe…rien…ou si peu. Deux scènes d’action, dont une ridicule. Entre elles du blabla, du vide, du vent sans intérêt où Scarlett Johansson erre comme une âme en peine, méritant son titre d’actrice la plus sous-exploitée dans un film. Bref un scénario qui n’a pas du coûter trop d’efforts intellectuels à ses auteurs. Des scénariste sûrement très chèrement payés pour tant de médiocrité.

Le seul moment vraiment remarquable d’Iron Man 2 réside dans la scène de la course automobile, dont on voit de larges extraits dans la bande-annonce. Là, on frôle de s’étouffer de rire, tant tout est ridiculement invraisemblable. Alors qu’un méchant s’amuse avec des fouets électrifiés sur le circuit, tous les concurrents continuent de rouler comme si de rien n’était, tandis que par ailleurs une voiture de ville traverse le circuit à contre-sens. Bon, certains pourront dire que si les films de super-héros étaient réalistes, ça se saurait, mais là, c’est juste pathétique de j’m’en foutisme scénaristique.

On dit souvent que les méchants sont des personnages plus intéressants que les gentils. Pour le coup, dans Iron Man 2, on peut dire que c’est le cas, tant Mickey Rourke se donne en ridicule. Au moins, on n’oubliera pas sa prestation, une des plus mauvaises qu’il n’ait jamais donnée. Le vrai problème est qu’au fond, ce second volet est une sorte de remake du premier épisode, en beaucoup moins riche… Aucune réelle nouveauté, alors que la mythologie Marvel recèle assez de méchants divers et variés pour éviter l’impression de déjà vue. Mais bon encore une fois, ça aurait sûrement du demander trop d’effort.

ironman2Après techniquement, il est vrai que le film est impeccable. Mais bon, des films aux effets spéciaux superbes, on en a dix par mois sur nos écrans, il nous en faut désormais plus pour nous émouvoir. Restent alors l’humour de Robert Downey Jr, qui fonctionne tout de même dans cet océan de médiocrité, et le charme de Gwyneth Platrow pour sauver Iron Man 2 du désastre. C’est quand même peu, très peu.

Avant de finir, une petite remarque à l’adresse de tous ceux qui iraient voir ce film quand même après cette critique. Depuis toujours, les films Marvel comporte une scène à la toute fin du générique, alors ne faites pas comme tous ces criminels qui se jettent sur la sortie à la première seconde de ce dernier. Quand même, depuis le temps, les gens devraient quand même l’avoir compris, vu que c’est vraiment systématique. Mais visiblement, Marvel doit surestimer son propre public.

Iron Man est donc un navet qui ne vous plongera pas dans un ennui profond, mais ne vous permettra pas d’échapper à de très longs moments de consternation.

Fiche technique :
Production : Marvel Studios
Distribution : Paramount Pictures France
Réalisation : Jon Favreau
Scénario : Justin Theroux, d’après le comic book Marvel de Stan, Don Heck, Larry Lieber, Jack Kirby Lee
Montage : Dan Lebental, Richard Pearson
Photo : Jonathan Taylor
Décors : Lauri Gaffin
Son : Mark Ulano
Musique : John Debney
Effets spéciaux : Ben Snow
Maquillage : John Blake
Directeur artistique : David Klassen
Durée : 128 mn

Casting :
Robert Downey Jr : Tony Stark
Gwyneth Paltrow : Pepper Potts
Don Cheadle : Rhodey
Scarlett Johansson : Natalie Rushman
Sam Rockwell : Justin Hammer
Mickey Rourke : Ivan Vanko
Samuel L. Jackson : Nick Fury

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.