ILS TOUCHENT LE FOND, MAIS CREUSENT ENCORE

francechineLa France était inquiète pour son Equipe Nationale avant d’attaquer la Coupe du Monde. Elle est désormais intimement persuadée que l’on courre à la catastrophe. La défaite face à la Chine plonge les supporters des Bleus dans une abîme de perplexité. On aimerait encore y croire, mais cela devient impossible, tant l’ensemble des voyants sont au rouge.

Voici quatre ans que l’Equipe de France joue mal. Le problème est surtout qu’elle joue de plus en plus mal et que rien ne semble vouloir la sortir de cette spirale négative. L’émergence de Gourcuff a semble allumé un temps une lueur d’espoir, mais depuis, le meneur de jeu girondin est largement rentré dans le rang. Du coup, on voit mal comment les Bleus pourraient être performant dès vendredi prochain.

Domenech semble se montrer incapable de régler les problèmes qui se posent à lui depuis le déclin définitif des champions du monde de 98. La défense, qui fut très longtemps le point fort de l’Equipe de France, n’en finit plus de tâtonner. Vues les multiples essais en charnière centrale effectués ces deux dernières années, il devient improbable qu’il s’agisse d’un problème de choix de joueurs. On pensait qu’avec le duo Gallas-Abidal, on tenait enfin un axe central solide et expérimenté. Les trois matchs de préparation nous ont montré qu’on avait encore du soucis à se faire à ce niveau là. C’est désespérant et incompréhensible vue la qualité intrinsèque de ces deux joueurs.

Quant à l’animation offensive, là on marche en plein désert. Domenech continue les essais à quelques jours du début de la compétition et parfois on se demande s’il ne fait pas ses choix par tirage au sort. L’entrée de Henry et Gignac devant la Chine apparaissait logique, mais placer l’attaquant de Barcelone dans l’axe et le Toulousain sur le côté a étonné tout le monde. Il ne faut pas avoir un bac+5 en football pour comprendre que ce choix est absurde. On pourra toujours me rétorquer que je ne suis pas sélectionneur, mais on ne peut pas dire que les résultats donnent non plus raison à Raymond.  

Ce n’est pas la première fois qu’ils attaquent une compétition sans vraiment avoir convaincu. C’était déjà le cas en 1998 ou en 2006, pour les résultats que l’on sait. Mais à la différence de ce qui se passe en ce moment, c’est que même sans vraiment bien jouer, ils gagnaient, ou du moins ne perdaient pas. Ils n’ont ni la manière, ni les résultats, alors comment espérer ?

On peut cependant encore le faire et c’est bien là ce qui fait toute la beauté et la popularité du football. Les vérités du jour peuvent être très différentes de celles du lendemain. Si évidemment, il est nettement plus probable que l’Espagne soit champion du Monde que la France, cette possibilité reste envisageable. C’est pour ça que l’on suivre cette Coupe du Monde avec la même passion et la même ferveur ! Alors, malgré tout, encore une fois, allez les Bleus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.