RECHERCHE INDIGNATION ET JOURNALISTES DESESPEREMENT

journalistesLa France est un drôle de pays. Un pays où on râle, où on se plaint, où on adore critiquer les autres. Un pays également inventeur des droits de l’homme, qui se veut champion de la tolérance. Mais aussi un pays incroyablement passif face à certains évènements, qui partout ailleurs, déclencheraient des tempêtes médiatiques.

Notre ministre de l’Intérieur bien-aimé, j’ai nommé Brice Hortefeux vient de se faire condamné par un tribunal pour injure raciale. Il ne s’agit plus là d’une polémique sur une interprétation des propos tenus, mais sur une décision de justice. Le ministre en charge de la police et de la sécurité intérieure condamné pour racisme ne provoque qu’une vague indignation de la gauche (sauf Julien Dray, qui franchement, ferait mieux d’astiquer ses montres au lieu de l’ouvrir).

Mais comprenez-vous, l’Auvergnat n’est pas raciste, c’était de l’humour. Quand un sportif justifie son contrôle antidopage positif en racontant qu’il cherchait juste à agrandir son pénis, il est quand même suspendu. Quand vous avez les meilleures raisons du monde de vous garer en double file, ça ne vous dispense pas de payer votre PV. En politique, ça ne marche pas comme ça. Enfin en France ! Il faudrait dire aux ministres britanniques qui ont sauté pour de vagues histoires de notes de frais de venir exercer dans notre beau pays, il n’aurait plus à s’inquiéter de grand chose.

Bon ok, on touche là presque à l’anecdotique. Mais c’est bien révélateur d’un vrai malaise qui prend des proportions ahurissantes quand on pense à l’affaire des rétrocommissions qui a connu son épilogue avec un attentat ayant fait 11 morts. Un rapport de la police luxembourgeoise met clairement et sans équivoque en cause notre Président préféré, Nicolas Sarkozy. Résultat, pas un seul mot aux deux principaux journaux télévisés, aucune une d’un grand quotidien national. On croit rêver !!!! C’est tout simplement affligeant, pour ne pas dire inquiétant. Et franchement, l’argument du pouvoir qui contrôle les médias, je n’y crois même plus, c’est trop gros pour être vrai. On vit encore dans un pays libre, personne ne sera fusillé pour en avoir parlé et surtout avoir mené un travail d’investigation.

Investigation, voilà bien un mot que la presse française ignore totalement. C’est pathétique et écœurant. Aux Etats-Unis, deux journalistes ont révélé l’affaire du Watergate et fait tomber un Président. En France, on n’est pas même pas capable de commenter les rapports de police. Mais le pire, c’est que l’opinion publique ne bouge pas non plus. Mais ça ne les empêchera pas de crier « tous pourris » à la prochaine occasion, le jour où ils trouveront qu’ils payent trop d’impôts par exemple.

La France est un drôle de pays. Mais là j’avoue qu’il ne me fait que moyennement rire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.