FUR AND GOLD (Bat for Lashes) : Tristounet

furandgodlbatforlashesNouvelle découverte totale, écoutée sur les conseils a priori de Télérama, avec Bat For Lashes, un nom de groupe qui est en fait le pseudonyme de Natasha Kahn, artiste britannique, d’origine pakistanaise, née en 1979, qui est un très bon cru puisque c’est aussi mon année de naissance. Elle développe un univers assez proche de celui de Björk et de Massive Attack, deux artistes que je… ne supporte pas. Et bien, sans surprise, cet album, Fur and Gold m’a fait exactement le même effet.

Cet album est sorti en 2006. C’est le premier de cette artiste qui s’est faite connaître en faisant la première partie de CocoRosie en 2005. Depuis, un second album, intitulé Two Suns est sorti.

Bon, déjà, la voix de Natasha Kahn ressemble vraiment beaucoup à celle de la seule mégastar islandaise de l’histoire. Après, c’est une question de goût, mais ce n’est pas du mien. Cette voix un peu cassée, un peu éraillée a certes de la personnalité, mais elle n’est ni mélodieuse, ni reposante, ni douce à l’oreille. Alors comme l’ensemble manque passablement de punch, ça ne constitue même pas une musique pour se détendre ou une musique de fond agréable. Encore une fois, c’est un avis perso, car je préfère nettement les voix plus chaudes pour ce genre de musique.

A côté de ça, vous l’aurez compris, Fur and Gold ne donne pas vraiment envie de bouger son corps et de sauter partout. On n’est plutôt face à des mélodies douces et calmes. Je n’ai rien du tout contre ça, mais là, j’ai vraiment trouvé l’ensemble tristounet. Un autre défaut, qui pour moi est assez rédhibitoire, provient du fait que plusieurs mélodies sont relativement lancinantes. Alors ajoutée à ça la voix pas très agréable, on décroche souvent des morceaux et notre cerveau va vite se concentrer sur autre chose de plus transcendant.

Le seule morceau qui a vraiment trouvé grâce à mes yeux, c’est Bat’s Mouth. C’est le seul où la voix semble vraiment en harmonie avec la musique, où sa personnalité ressort sans être agressive pour les oreilles (bon là, je suis vache quand même !). What’s a Girl to do et Sad Eyes se laissent également écouter, mais c’est aussi vite oublié qu’écouté. Le reste est souvent transparent, plat, mou, tristounet… Bon, je ne vais pas faire tous les adjectifs de la création, je pense que vous avez compris globalement l’idée.

Fur and Gold ne deviendra donc pas un album culte pour moi. Je ne sais pas ce que vaut le second album, mais j’ai bien d’autres choses à découvrir avant de prendre le risque d’y jeter un oreille.

Avant de se quitter, faisons quand même le tour des morceaux que l’on trouve sur Fur and Gold.

1.: Horse And I
L’album sur un morceau rock symphonique, qui sonne comme une introduction, et surtout comme du Björk

2.: Trophy
Un ambiance sombre pour un duo de voix, malheureusement quelque peu lancinant

3.: Tahiti
Un son plus clair et plus lumineux, mais la musique ne décolle toujours pas.

4.: What’s A Girl To Do
Un titre plus énergique, plus électro et surtout un peu meilleur

5.: Sad Eyes
Une ballade assez jolie, sans pour autant casser trois pattes à un canard.

6.: Wizard
On dirait vraiment du Massive Attack… Normal que je n’aime pas.

7.: Prescilla
Un morceau qui reste très lancinant et du coup quelque peu ennuyeux.

8.: Bat’s Mouth
Une belle chanson où la voix est ce coup-ci parfaitement mise en valeur.

9.: Seal Jubilee
Un morceau triste… et un peu tristounet

10.: Sarah
Un titre électro-jazz, mais sans grand relief.

11.: I Saw A Light
Une chanson à l’image de l’album. On n’arrive pas à vraiment se concentrer dessus. Trop lancinant, trop mou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.