LES MAINS EN L’AIR : Les enfants indignés

lesmainsenlairafficheAprès le succès critique et commercial du très beau Welcome, le cinéma français s’attaque à nouveau au sujet délicat de la politique de « gestion » de l’immigration actuellement menée en France, des expulsions et des drames qui les entourent. Les Mains en l’Air est un film engagé au message clair, avec comme vedette Valéria Bruni-Tedeschi, la propre sœur de Carla, la femme de… Bref, sans faire de politique ici (j’en fais assez dans la vraie vie), c’est quand même particulièrement délectable.

Milana, réfugiée tchétchène de 11 ans, et ses amis sont les rois de la débrouillardise. Ils trafiquent les copies de DVD à partir de leur QG secret et s’organisent pour se transmettre les réponses aux devoirs. Mais leur quotidien est bousculé par l’expulsion hors du territoire national de certains de leurs camardes. Ils réalisent alors que Milana est elle aussi menacée. Même si les adultes se mobilisent, les enfants décident de prendre les choses en main.

Faire un film dont les personnages principaux sont des enfants n’est pas toujours facile. On tombe soit dans le cucul, soit à vouloir en faire des petits adultes pour rendre l’histoire plus dramatique, on perd toute crédibilité. Les Mains en l’Air évite ses deux écueils, malgré la charge émotionnelle forte. Bien sûr, ces enfants ont une personnalité très marquée, une intelligence et un sens de la répartie qu’on souhaiterait tous avoir. On comprend aisément l’attachement qu’enfant comme adultes peuvent ressentir pour Milana, vu que l’on a tous envie de l’adopter dare-dare !

Le monde des adultes est quant à lui plus en retrait et tourne quasiment exclusivement autour du personnage interprété par Valéria Bruni-Tedeschi et ses relations avec le reste de sa famille, qui ne voit pas toujours d’un très bon œil son engagement. Cette actrice peut insupporter, mais elle trouve là un rôle dans lequel elle semble se glisser sans effort. Encore une fois, ce n’est pas elle la star de l’histoire, mais elle occupe assez souvent l’écran pour que sa performance pèse fortement sur la qualité générale du film. Donc si vous ne la supportez pas, cela risque de vous gâcher le plaisir. Les fans, au contraire, se régaleront.

lesmainsenlairLa comparaison avec Welcome est difficile à éviter. Les Mains en l’Air nous raconte une histoire beaucoup moins forte et dramatique. Mais cette histoire plus ordinaire est du coup beaucoup plus proche de notre quotidien. Les enfants de ce film pourrait être les nôtres ou ceux de nos voisins. Du coup, l’identification joue à fond et l’émotion est peut-être plus simple, plus directe, mais tout aussi forte.

Mais si Les Mains en l’Air nous propose une histoire plus simple que Welcome, du coup, il manque un peu de contenu. On peut lui reprocher quelques longueurs, où le film devient largement contemplatif. Ces moments auraient pu servir à faire naître la sympathie envers les enfants, mais celle-ci est immédiate, alors du coup certaines de ces séquences semblent un peu superflues. Cependant, si cela nuit à l’équilibre du film, cela n’enlève rien à l’émotion qu’il dégage.

Les Mains en l’Air n’est donc pas un grand film d’un point de vue purement cinématographique. Mais il touchera profondément tous ceux qui sont sensibles à ce sujet. Un sujet traité ici avec un humanisme et une simplicité qui ne s’apparentent en rien à un manque de recul, mais simplement à une indignation toute légitime.

Fiche technique :
Production : Les Films du Losange, France 3 Cinéma
Distribution : Les Films du Losange
Réalisation : Romain Goupil
Scénario : Romain Goupil
Montage : Laurence Briaud
Photo : Irina Lubtchansky
Décors : Jean-Baptiste Poirot
Son : Sophie Chiabaut, Hélène Ducret, Dominique Dalmasso
Durée : 90 mn

Casting :
Jules Ritmanic : Blaise
Linda Doudaeva : Milana
Hippolyte Girardot : Rodolphe
Valeria Bruni Tedeschi : Cendrine
Louna Klanit : Alice
Romain Goupil : Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.