CARNIVAL VOLUME II : MEMOIRS OF AN IMMIGRANT (Wyclef Jean) : Etonnants mélanges

carnivalvolume2wyclefjeanIl y’a des albums qui restent gravés dans votre mémoire à jamais, même s’il est peu à peu oublié par le plus grand nombre. Parmi ceux qui ont compté pour moi, il y’a The Score des Fugees, avec notamment leur version de Killing Me Softly… Bon en fait, je ne suis pas du tout là pour vous en parler, mais c’était juste une façon d’introduire mon avis sur Carnival Volume II : Memoirs of an Immigrant de l’ancien Fugees, Wyclef Jean.

S’il s’agit du volume 2, c’est qu’il y’a eu un volume 1. Ce dernier, sorti en 1997, était d’ailleurs son premier album solo. 5 autres ont suivi avant qu’il ne décide à lui donner une suite. Bon je ne sais pas très bien en quoi consiste une suite quand on parle d’album musical, mais Wyclef Jean a sûrement une très bonne raison de l’avoir appelé comme ça. Enfin, on ne va pas non plus épiloguer 107 ans.

The Carnival Volume II est essentiellement composé de duos, certains réellement étonnants. Il est vrai qu’entre Shakira, Mary J.Blige, Norah Jones et Paul Simon, il y’a des mondes musicaux qui pourraient paraître infranchissables. Mais la grande originalité de cet album est qu’au lieu de voir les deux artistes se retrouver autour d’une même chanson et d’un même univers, chacun apporte ce qu’il fait de mieux et les deux se superposent, se mélangent, mais sans fusionner. C’est parfois déroutant, souvent étonnant, parfois même enthousiasmant.

Alors évidemment, il règne une impression de désordre dans cet album, pour ne pas dire… de fête foraine ! D’où son titre… Tout s’explique donc finalement. En tout cas, Carnival Volume II ne ressemble à aucun autre album que je connaisse. Il s ‘agit d’une vraie expérience musicale, d’une vraie expérience créatrice, débordant d’enthousiasme et d’imagination. Alors évidemment, il y’a à boire et à manger, tout ne fonctionne pas toujours à la perfection, mais au moins on échappe à l’impression de déjà entendu mille fois.

De plus, les contributions de Wyclef Jean prennent elles-aussi des formes assez différentes. Bien sûr, il est avant tout un artiste de ce que je qualifierai de hip-hop mélodique (ce n’est pas Booba non plus), mais il sait aussi tendre vers le reggae, le funk, le r’n’b, voire même le blues cosmopolite à la Keziah Jones. Mais, ce sont tout de même avant tout les contributeurs extérieurs qui apportent une vraie diversité, chacun avec leur style musical sous le bras.

Le seul défaut de Carnival Volume II est le défaut de sa qualité, l’impression de désordre que j’évoquais plus haut. En effet, du coup, on a parfois l’impression que les titres sont à l’état de projet, pas vraiment abouti, pas vraiment finalisé. Un peu comme si les artistes étaient partis en improvisation et que cet album en était le résultat. Après, c’est une question de goût. On peut apprécier ce foisonnement un peu désordonné, comme on peut regretter que les mélanges n’aient pas été un peu plus étudiés de près avant de nous les faire goûter.

Carnival Volume II reste avant tout un album étonnant. Certes l’originalité n’est pas forcément un but en soi. Mais cet album rassemble assez d’artistes de talent pour que le résultat aille au delà de la simple curiosité musicale.

Pour finir faisons le tour de ces étonnants duos

1.: Intro
Quelques paroles prononcées sur un fond musical plutôt rock.

2.: Riot – Jean, Wyclef & Serj Tankian/Sizzla
Un premier morceau dans le prolongement de l’intro, fusion énergique entre hip-hop et rock.

3.: Sweetest Girl (Dollar Bill) – Jean, Wyclef & Akon/Lil’ Wayne/Niia
Un morceau plus hip-hop, mais toujours aussi dynamique et dansant, avec quelques rythmes tropicaux.

4.: Welcome To The East – Jean, Wyclef & Sizzla
Un rythme plus oriental cette fois-ci, mais pour du hip-hop pur et dur.

5.: Slow Down – Jean, Wyclef & TI
Un duo enjoué sur fond instrumental assez simple, car tout repose sur le jeu entre les deux voix.

6.: King And Queen – Jean, Wyclef & Shakira
Shakira fait du Shakira, Wyclef Jean fait du Wyclef Jean, mais ça fonctionne plutôt bien.

7.: Fast Car – Jean, Wyclef & Paul Simon
Un titre plus groovy, mais surtout excellent, fluide et qui coule tout seul.

8.: What About The Baby – Jean, Wyclef & Mary J. Blige
Entre hip-hop et r’n’b, un morceau pas mal du tout.

9.: Hollywood Meets Bollywood (Immigration) – Jean, Wyclef & Chamillionaire
Un mélange un peu artificiel et confus entre hip-hop et musique orientale.

10.: Any Other Day – Jean, Wyclef & Norah Jones
Sûrement le duo le plus étonnant de l’album.

11.: Heaven’s In New York
De la musique douce, à la Keziah Jones, chanté en solo pour une fois.

12.: Selena – Jean, Wyclef & Melissa Jimenez
Un tire sympathique au rythme chaloupé.

13.: Touch Your Button Carnival Jam – Jean, Wyclef & Will.I.Am/Melissa Jimenez/Machel Montano/Daniela Mercury/Black Alex/Djakout Mizik
Long morceau bourré d’énergie et surtout plein d’invités qui constitue un grand mélange musical, résumant parfaitement l’album.

14.: Outro
Court titre de conclusion.

15.: Dollar Bill (bonus track) – Jean, Wyclef
Un morceau tirant sur le reggae, bien mais sans plus

16.: Slow Down (bonus track) – Jean, Wyclef
Un titre énergique, pas mal du tout, mais beaucoup moins original que le reste

17 : President (bonus track) – Jean, Wyclef
Une chanson sur les élections américaines, où Wyclef Jean scande “Wyclef for President”… Sûrement une prémonition de sa candidature avortée à la présidence de Haïti

Vous pourrez également trouver un CD contenant quelques titres bonus. La plupart ne présente pas d’intérêt particulier, à l’exception de Million Voices, un titre mélodique au rythme africain, et On Tour, un titre mélange d’électro et de musique orientale très énergique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.