MOI, MOCHE ET MECHANT : Pour les petits et les grands… enfants

moimocheetmechantafficheLe super-héros sont à la mode au cinéma, depuis que Sam Raimi a redonné vie au mythe de Spiderman. Mais à côté des héros Marvel classiques, on a pu voir quelques productions s’amusant à traiter le sujet sur le ton de la parodie. Les Indestructibles, Hanckok, Kick-Ass nous ont fait rire tour à tour. Voici venu Moi, Moche et Méchant, qui cette fois épouse le point de vue des méchants, qui sont toujours, on le sait bien, les personnages les plus intéressants.

Gru pensait que son titre de plus grand méchant du monde n’était pas près d’être remis en question. Mais quand quelqu’un arrive à voler la pyramide de Gizeh, il passe tout de suite pour un has been. Du coup, il aura bien du mal à faire financer son grand projet pour reconquérir son titre : voler la lune.

Contrairement aux trois films cités plus haut, Moi, Moche et Méchant vise un public nettement plus jeune. Les Indestructibles aussi diront certains, mais ce dernier possédait deux niveaux de lecture, dont un plus adulte, comme dans un album d’Asterix. Là, ça reste quand même nettement plus basique et on a beau chercher, on a bien du mal à trouver la moindre trace d’un second degré qui échapperait à nos chères têtes blondes.

Cependant, ce n’est pas pour ça que Moi, Moche et Méchant ne peut pas séduire un adulte… du moment qu’il ait gardé tout ou partie de son âme d’enfant. Je pense que quiconque me connaissant un minimum n’a plus aucun doute à ce sujet, et ne sera donc pas le moins du monde étonné que j’ai pu apprécier ce film qui m’a fait bien rire et fait passer un très bon moment.

Car même si l’humour de Moi, Moche et Méchant est accessible à tous les âges, il n’en reste pas moins efficace… et drôle surtout. Et pour de l’humour, cela constitue tout de même une qualité plutôt appréciable. Il y’a aussi du rythme dans ce film où gags et péripéties s’enchaînent pour ne laisser aucune place à l’ennui. Un scénario donc très réussi, pas exceptionnellement subtil vous l’aurez compris, mais efficace et distrayant.

moimocheetmechantL’esprit général de Moi, Moche et Méchant est proche des grands classiques du cartoon. On revient à des fondamentaux du film d’animation. On pourra qualifier ça à un manque d’ambition, mais comme la réussite est au bout, il serait bien sévère de transformer ce constat en reproche. Beaucoup de gags visuels donc, générés plus le plus souvent par les Minions, de petites créatures ovales et jaunâtres, qui servent d’assistants au méchant Gru… qui, en fait, n’est pas si méchant que ça, vous vous en doutez bien.

Moi, Moche et Méchant est également techniquement très réussi. Mais bon, quel film d’animation ne l’est pas aujourd’hui ? Le style est à mi-chemin entre un certain réalisme et la liberté totale des cartoons classiques. Les personnages sont moins stylisés que dans les Indestructibles par exemple, mais possèdent assez de personnalités pour que l’on s’y attache aussi visuellement. Le film est donc visuellement également agréable à suivre.

Moi, Moche et Méchant n’est donc pas un pur chef d’œuvre du film d’animation, mais constituera une agréable sortie familiale qui fera rire petits et grands.

Fiche technique :
Production : Universal pictures, Illumination entertainment
Distribution : Universal pictures international France
Réalisation : Chris Renaud, Pierre Coffin
Scénario : Cinco Paul, Ken Daurion d’après une idée de Sergio Pablos
Montage : Pamela Ziegenhagen-Shefland, Gregory Perler
Décors : Yarrow Cheney
Musique : Pharrell Williams, Heitor Pereira
Directeur artistique : Eric Guillon
Durée : 95 mn

Casting :
Steve Carell : Gru (vo)
Russell Brand : Professeur Néfario
Jason Siegel : Vector
Julie Andrews : la mère de Gru
Will Arnett : M. Perkins
Kristen Wiig : Miss Hattie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.