SUNDAY AT DEVIL DIRT (Isobel Campbell et Mark Lanegan) : Harmonie des extrêmes

sundayatdevildirtisobelcampbellmarklaneganMarier l’eau et le feu n’est pas toujours chose aisée. En musique également. Mais quand ce mariage est réussi, cela peut donner de très beaux moments d’harmonie. C’est le cas avec le duo entre l’Ecossaise Isobel Campbell et l’Américain Mark Lanegan, connu notamment pour être le chanteur des Queen of the Stone Age. La grâce et la légèreté de la voix de la première n’ont d’égales que la profondeur et la gravité de celle du second.

Le mélange des deux donne donc Sunday At Devil Dirt, sorti en 2008 et qui est en fait la deuxième collaboration entre les deux artistes. Un troisième album est même sorti depuis. L’ambiance navigue entre folk, jazz et blues. Bref, des belles mélodies, de la musique douce et harmonieuse.

Pourtant, Sunday At Devil Dirt commence plutôt doucement. Les trois premiers morceaux sont largement dominés vocalement par la voix très grave de Mark Lanegan. Sa partenaire est presque reléguée au rang de choriste. Mais du coup, l’intérêt des morceaux est quelque peu limité, sans commune mesure avec ce qui suit. Car ensuite, la voix d’Isobel Campbell s’affirme et les morceaux se transforment en duos d’égal à égal. Et ce sont surtout la qualité et l’intérêt de titres qui augmentent.

Ensuite, il y’a comme une pause avec les titres Black Burner et Shot Gun Blues qui sont nettement plus moyens et surtout pas du tout dans l’esprit du reste. Heureusement, l’album se termine par 4 titres nettement meilleurs et qui nous permettent d’apprécier les deux voix et surtout leur symbiose. Bref, un album avec quelques trous d’air, mais dont heureusement les bons passages dominent largement.

Derrière les deux voix, les instrumentations sont souvent très sobres et discrètes. Elles sont totalement au service des deux interprètes, dont les voix sont tellement dissemblables que les possibilités de mélange semblent infinis. Une musique à la fois simple et complexe donc, à la fois épuré et sophistiqué. Mais surtout au charme et à l’harmonie indéniables.

Sunday At Devil Dirt constitue donc une vraie rencontre musicale qui prouve qu’en art, comme ailleurs, le tout est toujours infiniment supérieur à la somme des partis. On le voit bien ici puisque les titres où une voix l’emporte sur l’autre sont nettement moins remarquables que ceux où les deux s’épousent totalement. Isobel Campbell et Mark Lanegan sont deux artistes au talent indéniable, mais dont le talent est ici sublimé par celui de l’autre.

Si je devais tout de même émettre un léger bémol quant à Sunday At Devil Dirt est peut-être sont manque de variété dans le ton et le rythme des chansons. De plus, d’après ce que j’en lu sur leur première collaboration, ce deuxième album est dans sa droite lignée. Le mélange des deux voix aurait pu, à mon avis, se décliner au sein d’un registre musical plus large que la ballade folk. Ils maîtrisent parfaitement ce dernier genre et il est dommage qu’ils n’aient pas pris plus de risques artistiques en cherchant à s’aventurer hors de leur domaine de prédilection.

Sunday At Devil Dirt est donc un album qui, en dehors de quelques passages plus faibles, charmera plus d’un auditeur par la grâce et l’harmonie dégagées par ce duo.

Pour finir, faisons un peu le tour des titres que l’on trouve sur cet album.

1.Seafaring Song
La voix caverneuse de Mark Lanegan prend largement le pas sur la voix de Isobel Campbell, le tout sur un air de guitare minimaliste.

2.The Raven
Un morceau où Mark Lanegan prend vraiment une voix d’outre-tombe.

3.Salvation
La voix de Mark est ici beaucoup plus claire, mais domine encore pour un son entre blues et country.

4.Who Built The Road
Un titre plus rythmé, avec une instrumentation plus élaborée. Rappel fortement le duo Nick Cave – Kylie Minogue.

5.Come On Over (Turn Me On)
Une chanson douce et jazzy, où les deux voix sont vraiment à égalité. L’album monte en puissance.

6.Black Burner
Un titre psychédélique pas top.

7.The Flame That Burns
Une chanson plus rythmée, tirant sur le blues et le rock. Le duo est vraiment en osmose, même si la mélodie tourne un peu en rond.

8.Shot Gun Blues
Isobel Campbell est seule pour interpréter ce petit morceau de blues évaporé.

9.Keep Me In Mind Sweetheart
Un titre country-blues classique mais très beau et très doux.

10.Something To Believe
Une chanson très simple qui permet de profiter pleinement de la profondeur de la voix de Mark Lanegan.

11.Trouble
Un beau duo des deux voix qui sonne comme un au revoir.

12.Sally Don’t Cry
Mark Lanegan commence seul, puis est rejoint Isobel Campbell, sur une mélodie simple à la guitare pour un titre beau et efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.