L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE : Douglas et Romain pour un rendez-vous imparfait

lhommequivoulaitvivresavieafficheDouglas Kennedy est un des auteurs les plus en vogue du moment et à raison. Un succès international mérité pour un auteur qui nous livre une vision critique, ironique ou tendre de notre société. Il manquait encore une adaptation réussie à l’écran pour un de ses romans… Bon en fait, il y’avait déjà Bienvenue à Woop Woop, tiré de Cul de Sac, mais qui s’en souvient ? Hollywood ne pouvait donc passer plus longtemps à côté… Bah en fait si, puisque l’adaptation en question est française avec L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie, avec l’acteur préféré de ses dames, Romain Duris.

Paul Exben est avocat d’affaires, une belle maison, une belle femme, de beaux enfants. Tout pour être heureux en somme. Mais il a mis depuis longtemps de côté son grand rêve, celui de devenir photographe. Un rêve qui va resurgir alors qu’une série d’évènements inattendus vont le pousser à fuir sa propre existence.

Douglas Kennedy étant spécialiste des virages brutaux à 90° dans ses récits, j’ai dévoilé le minimum vital pour le synopsis car en dire plus serait déjà en dire trop. L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie est un film qui nous emmène beaucoup plus loin que ce que laissent présager les premières minutes du film et il serait vraiment dommage de dévoiler à l’avance la destination. Comme souvent dans la vie, le plaisir est dans la surprise.

Le titre même de L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie parle de lui-même quant au sujet du film. Mais comme dans tout récit imaginé par Douglas Kennedy, les thèmes abordés ne le sont pas au travers de réflexions contemplatives, mais bien à travers des péripéties et des rebondissements. En cela, les scénaristes, Eric Lartigau, aussi réalisateur, et Laurent de Bertillat, ont tout à fait respecter l’esprit de l’auteur original (même si je dois avouer que je n’ai pas lu le livre).

lhommequivoulaitvivresaviePar contre, un élément est absent de L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie, qui l’est peut-être aussi du roman, mais qui est généralement caractéristique de l’œuvre de Douglas Kennedy. En effet, le film est presque totalement dénué d’humour, même noir, même au 26ème degré. Cette absence plombe quelque peu le récit et lui donne une prétention, qui gâche un peu ses bons côtés. La réflexion reste pertinente, l’intrigue parfois surprenante, mais le toute se prend quand même un tout petit peu trop au sérieux.

Et c’est particulièrement dommage car cela amène une sous-exploitation du talent de Romain Duris. Seule la scène d’ouverture laisse entrevoir son potentiel pour passer du comique au tragique avec la même réussite. Après, il livre une prestation certes brillante, mais sans génie, car trop limitée à un seul registre. Romain Duris est un acteur génial, qui aurait pu rendre l’Homme qui Voulait Vivre sa Vie génial, mais la réalisation d’Eric Lartigau ne lui permet que d’être bon. C’est déjà pas mal, mais un tantinet frustrant.

D’autres adaptations de Douglas Kennedy sont programmés ici et de l’autre côté de l’Atlantique. Espérons qu’elles exploitent totalement la grande richesse de l’œuvre de cet auteur. L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie n’y parvient qu’imparfaitement, assez pour intéresser le spectateur, pas assez pour le passionner.

Fiche technique :
Production : Europacorp, TF1 Films productions, Ciby 2000
Distribution : Europacorp distribution
Réalisation : Eric Lartigau
Scénario : Eric Lartigau, Laurent de Bartillat, d’après le roman de Douglas Kennedy
Montage : Juliette Welfling
Photo : Laurent Dailland
Décors : Olivier Radot
Son : Pierre Excoffier, Gwenolle Leborgne, Dominique Gaborieau
Musique : Evguéni Galperine, Sacha Guelperine
Durée : 115 mn

Casting :
Romain Duris : Paul Exben
Marina Foïs : Sarah Exben
Catherine Deneuve : Anne
Niels Arestrup : Bartholome
Branka Katic : Ivana
Eric Ruf : Grégoire
Enzo Caçote : Hugo
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.