LES EMOTIFS ANONYMES : Timides du Monde entier, unissez-vous !

lesemotifsanonymesafficheTimides du Monde entier, unissez-vous ! Tel pourrait être le slogan des Emotifs Anonymes, une comédie romantique à la française, sans prétention mais fort sympathique. Un film qui ravira un large public, mais encore plus tous ceux qui ont souffert un jour ou continuent de souffrir de ce terrible handicap.

Angélique fait partie d’un cercle d’émotifs anonymes, tant sa timidité lui fait perdre ses moyens et lui gâche sa vie. Jean-René souffre des mêmes maux et suit une thérapie. Jean-René est le patron d’Angélique. Jean-René aime Angélique et Angélique aime Jean-René. Mais une histoire d’amour peut-elle vraiment naître entre deux personnes si incapables d’exprimer leurs sentiments ?

Les Emotifs Anonymes est un film court, 80 minutes, mais suffisant. Drôle, touchant, sincère, il nous conte une histoire simple, sans fioritures, que l’on prend beaucoup de plaisir à suivre. Une vraie comédie romantique, mais d’une remarquable intelligence. Comme je l’ai dit en introduction, ce film parlera à tous ceux qui pourront se reconnaître dans l’un ou l’autre des personnages, dans l’une ou l’autre des situations.

Bien sûr, tout cela est un peu poussé à l’extrême pour les besoins de la comédie. Mais on peut tout de même sans problème s’identifier à bien des traits de caractère des personnages ou des éléments des situations. Même si vous n’êtes qu’un peu timide, vous vous sentirez moins seul après avoir vu les Emotifs Anonymes. Par définition, la timidité est un sentiment parfois difficile à partager. Ce film est juste un divertissement, pas une thérapie, mais tout de même, il fait du bien.

Et il fait surtout beaucoup rire. Benoît Poelvoorde apporte bien sûr une large part de l’énergie comique communiquée par ce film. Il le fait avec son talent naturel, qui s’affine d’année en année et se place désormais très loin des cabotinages de ses débuts. Mais Isabelle Carré n’est pas en reste. Elle joue bien sûr principalement sur le registre de l’émotion et des sentiments, mais les situations dans lesquelles elle se place participe largement à l’élaboration de l’humour des Emotifs Anonymes.

lesemotifsanonymesOn pourra toujours reprocher aux Emotifs Anonymes un certain manque d’ambition. Certes, il se concentre vraiment sur l’essentiel de son propos. L’originalité vient quasiment uniquement des personnages et de leur personnalité et, au fond, la trame narrative est de ce qu’il y a de plus classique pour une comédie romantique. On peut y voir un défaut, mais parfois, il faut vaut mieux se concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité. Ce film n’est pas forcément riche dans l’absolu, mais le peu qu’il recèle représente une vraie richesse.

Les Emotifs Anonymes pourront donc attendre un passage à la télé ou la location du DVD pour être vu. Cependant, encore une fois, certains d’entre vous ressentiront peut-être une émotion particulière à la vue de ce film sans chichi, mais terriblement bien senti. Je ne sais pas comment était Jean-Pierre Aménis quand il était jeune, ou peut-être encore maintenant, mais j’aurais bien du mal à croire qu’il n’y a pas un peu de vécu dans ce film. Enfin, il faut dire aussi que croiser un jour une Isabelle Carré a de quoi vous faire perdre vos moyens.

Les Emotifs Anonymes n’est donc pas la comédie romantique de l’année. Mais avec l’Arnacoeur et De Vrais Mensonges, ce genre retrouve une place de choix cette année dans le paysage cinématographique hexagonal. Il n’y a pas qu’à Hollywood qu’on sait faire de bonnes comédies romantiques, que cela soit dit !

Fiche technique :
Production : Pan Européenne Production, Hassen Brahiti, Studio Canal, RTBF
Distribution : StudioCanal
Réalisation : Jean-Pierre Améris
Scénario : Jean-Pierre Améris, Philippe Blasband
Montage : Philippe Bourgueil
Photo : Gérard Simon
Décors : Sylvie Olive
Son : Jean-Pierre Duret, Marc Bastien, François Groult
Musique : Pierre Adenot
Maquillage : Corine Maillard
Durée : 80 mn

Casting :
Isabelle Carré : Angélique
Benoit Poelvoorde : Jean-René
Lorella Cravotta : Magda
Lise Lametrie : Suzanne
Pierre Niney : Ludo
Swann Arlaud : Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.