ARRIETTY, LE PETIT MONDE DES CHAPARDEURS : Une histoire simple pour un joli conte

arriettyafficheLe studio Ghibli est avant tout connu pour être le lieu de création du maitre Hayao Miyazaki. Mais il abrite bien d’autres artistes, dont les œuvres sont parfois distribués en France. C’est le cas d’Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs. Un film peut-être moins magique que ceux du maître, même si ce dernier est au scénario, mais qui nous offre un bien beau conte, plein de poésie.

Sho est un jeune garçon de 12 ans qui part se reposer chez sa grand-mère avant une délicate opération au cœur. Des ses premiers pas dans le jardin, il croit remarquer une jeune fille pas plus haute que quelques centimètres. Elle s’appelle Arrietty et vit avec son père et sa mère, à l’abri du regard des humains, qu’ils considèrent comme particulièrement dangereux. Mais elle est irrésistiblement attirée par Sho qui fait tout pour nouer le contact.

Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs est très classique sur bien des points. Visuellement, déjà, on est dans le pur style studio Ghibli, qui se situe entre un graphisme européen et celui habituel des mangas. Pas de grands yeux et de nez à peine esquissé, mais demeure tout de même un trait typiquement japonais… Notamment du fait que les personnages sont dessinés avec un physique qui n’a rien d’asiatique…

Comme souvent également dans ce genre de production, Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs met en scène des protagonistes principaux se situant entre l’enfance et l’adolescence. On peut se demander d’où vient cette fixation nippone. Peut-être est-ce une façon de pouvoir rendre asexué et innocent des rapports entre personnages du sexe opposé. Bon, le but de ma critique n’est pas d’explorer la sociologie du Pays du Soleil Levant, mais tout ça pour dire que l’on est dans un cadre plutôt familier.

Par contre, puisque la comparaison est inévitable, on ne retrouve pas le foisonnement visuel et l’imagination débordante auquel nous habituent les films de Miyazaki, même si ce dernier a signé ici le scénario. Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs est une histoire plutôt simple et son aspect imaginaire ne donne pas pour autant dans le fantastique… Plus clairement, une fois accepté le fait qu’il existe des êtres semblables à nous à part qu’ils ne mesurent que quelques centimètres de haut, le film reste relativement réaliste.

arriettyEn fait, une grande partie du charme d’Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs, repose sur ce jeu incessant entre les échelles. Les objets changent de fonction selon par qui ils sont utilisés, une simple épingle devenant une véritable épée par exemple. Alors bien sûr, tous ceux qui regardaient les Minipouss à la télé dans les années 80 ou qui ont succombé (ou subi) la mode des Minimoys connaissent bien ce principe. Mais il est utilisé ici avec beaucoup plus de finesse et de poésie, et surtout dans un univers visuel beaucoup plus fouillé et tout simplement joli.

Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs est dénué de toute violence ou de tension sexuelle. Pourtant, l’histoire n’est en rien simplette ou gnangnan. On peut lui reprocher éventuellement un aspect un peu enfantin. Mais c’est avant tout une histoire simple, encore une fois très poétique. Un vrai conte qui s’adresse à un public large, que les enfants et les parents apprécieront, pas forcément pour les mêmes raisons.

Le plus difficiles reprocheront à Arrietty, le Petit Monde des Chapardeurs de ne pas être un Miyazaki. Mais il reste une très beau film d’animation, preuve que le Japon possède une richesse artistique incomparable dans ce domaine.

Fiche technique :
Shinobu Ôtake : Homily
Tomokazu Miura : Pod
Kirin Kiki : Haru
Ryunosuke Kamiki : Sho
Mirai Shida : Arrietty
Keiko Takeshita : Sadoko
Production : Studio Ghibli, Toho Company
Distribution : Walt Disney Company France
Réalisation : Hiromasa Yonebayashi
Scénario : Hayao Miyazaki, d’après les romans de Mary Norton
Photo : Atsushi Okui
Musique : Cécile Corbel
Durée : 94 mn

Casting :
Shinobu Ôtake : Homily
Tomokazu Miura : Pod
Kirin Kiki : Haru
Ryunosuke Kamiki : Sho
Mirai Shida : Arrietty
Keiko Takeshita : Sadoko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.