DE LA REVOLUTION A LA DEMOCRATIE, IL N’Y A QU’UN PAS… OU DEUX

egypteLes évènements de Tunisie et désormais d’Egypte font naître bien des commentaires enthousiastes sur la capacité des peuples à chasser les dictateurs qui les oppriment. On en vient à rêver que le phénomène s’étende et amène d’autres pays vers la démocratie. Mais évidemment le chemin est encore bien long.

On le voit bien en Tunisie, et sûrement demain en Egypte, chasser un dictateur ne signifie pas forcément voir la démocratie fleurir d’un seul coup. Le pouvoir, même le plus démocratique du monde, doit bien être exercé par un chef d’Etat, un gouvernement, des élus… Bref autant de futurs dictateurs en puissance, ou au moins des alliés, qui après s’être unis pour combattre un ennemi commun, auront tout loisir de devenir eux-mêmes des ennemis les uns pour les autres.

J’ai un jour entendu quelqu’un dire que si la Révolution Française avait si bien fonctionné, c’est qu’elle avait provoqué la mort de tous ceux qui l’avaient menée. En effet, combien de révolutionnaires triomphants se sont transformés en despotes une fois arrivés au pouvoir ! La chance de la Tunisie et de l’Egypte est de connaître des mouvements qui ne s’incarnent pas dans une ou plusieurs grandes figures qui pourraient réclamer le pouvoir à ce titre. Certains y voient un risque de division, mais je pense qu’il s’agit là avant tout d’une formidable opportunité. Mais encore une fois le chemin est encore long et il faudrait bien se garder de tout optimise béat.

Un mot enfin sur l’attitude de la France face à ces évènements. Ceux de Tunisie nous touchent évidemment plus particulièrement, du fait des liens historiques particuliers que nous entretenons avec ce pays. Notre grand ami Ben Ali s’est d’un coup transformé en indésirable, prié d’aller trouver exil ailleurs. Ceux qui hier chantaient le louanges de ce supposé progressiste se font soudainement bien discret. Tout cela montre bien à quel point l’hypocrisie est à la base de toutes relations internationales. Mais fallait-il une révolution de jasmin, ou Wikileaks, pour s’en apercevoir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.