UN BIEN BEAU CHAMPION

lillechampionIls étaient peu nombreux à être prêts à miser une grosse somme sur un doublé lillois en début de saison. Pourtant, au final, le double triomphe des Dogues ne souffre d’aucune contestation et c’est toute la France du football qui salue unanimement l’équipe de Rudi Garcia. Elle était meilleure que toutes les autres, la voir accéder au titre de champion n’est donc que pure logique.

Mais si on attendait plus Marseille, Lyon ou le PSG, c’est sans doute par manque d’imagination. Car, même si c’est toujours facile a posteriori, tout cela était en fait totalement prévisible. En effet, le LOSC présentait dès l’entame du championnat de trois qualités qui font souvent les champions : une dynamique de progression, une stabilité dans l’effectif et un joueur de grande classe, capable de faire la différence.

Le premier point aurait été beaucoup plus frappant si les Nordistes n’avaient pas bêtement laissé échapper la qualification pour la Ligue des Champions au profit d’Auxerre lors de la dernière journée du précédent championnat. Mais même sans cela, cette équipe a progressivement acquis l’habitude de jouer la première moitié du classement, puis les places européennes. Il était donc logique que cette équipe finisse par se mêler à la lutte pour le titre.

Surtout que cette dynamique positive s’est couplée avec une forte stabilité de l’effectif. C’est là toute la différence entre Lille et Rennes, qui auraient pu poursuivre des trajectoires réellement similaires, si les Bretons ne perdaient régulièrement leurs meilleurs joueurs. Lille au contraire a su garder toutes ses forces vives et se renforcer progressivement. L’arrivée de Sow, en provenance de…Rennes, fut la dernière pièce du puzzle mis en place par Rudi Garcia. Et quel puzzle !

Enfin, le LOSC possède en Eden Hazard le meilleur joueur de notre championnat. Le jeune Belge a connu la même trajectoire que son club, élu deux années de suite meilleur espoir avant de recevoir cette année la récompense suprême lors des trophées UNFP. Un trophée mérité pour un joueur au talent pur de classe mondial. Reste à savoir s’il pourra encore rester longtemps dans le Nord, tant il attise l’appétit de tous les recruteurs européens.

Si ces trois facteurs lui ont permis de se mêler à la course au titre, un dernier élément a au final fait la différence. La qualité et l’apport des remplaçants. Si le trio offensif Sow-Hazard-Gervinho a largement contribué au titre, leurs remplaçants, De Melo-Obraniak-Frau a également joué un rôle majeur. Pour preuve, le but de l’international polonais en finale de la Coupe de France et celui de l’ancien Sochalien à Marseille, pour une victoire au Vélodrome qui se sera révélée décisive.

Enfin, Lille mérite son titre tout simplement parce qu’elle a produit le jeu le plus spectaculaire, le collectif le plus abouti et l’esprit offensif le plus marqué. Les titres ne vont pas toujours à ce type d’équipe, surtout à une époque où on valorise tellement les notions de « block-équipe » ou de « replis défensif ». Alors saluons encore une fois les joueurs de Rudi Garcia et espérons que le champion de France 2011-2012 soit aussi beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.