UP THE BRACKET (The Libertines) : Deux talents valent mieux qu’un

upthebracketthelibertinesAprès vous avoir parlé des Babyshambles et des Dirty Pretty Things, je me devais de revenir aux sources de tout ça, c’est à dire à The Libertines, le groupe qui réunissait Pete Doherty et Carl Barat, avant que chacun d’eux n’aille faire joujou avec sa propre formation. Un groupe qui permet de voir que deux talents valent mieux qu’un.

Fondé en 1997, The Libertines est donc un groupe anglais qui a bousculé l’univers très policé musicalement de la Brit’pop en proposant un son punk particulièrement énergique. Que Mick Jones, ancien membre des Clash, soit leur producteur n’étonnera guère tout ceux qui ont eu l’occasion de les entendre. Leur discographie se limite à deux albums, Up The Bracket, qui nous intéresse ici et qui est sorti en 2002, et un autre, sobrement intitulé The Libertines, paru deux ans plus tard, quelques mois avant leur séparation. Le groupe s’est reformé en 2010, mais jusqu’à présent uniquement pour donner des concerts.

Deux chanteurs-guitaristes, un bassiste et un batteur forment ce groupe, à la musique quelque peu basique, mais tellement pleine d’énergie qu’elle peut facilement déchaîner l’enthousiasme. Pas toujours parfaitement maîtrisé, le son de The Libertines ressort pourtant largement du lot. Pas simplement parce qu’elle rappelle une époque, l’apogée du punk, désormais révolue, mais aussi parce que rarement autant de punch a été contenu dans un simple CD.

Car jamais tout au long de Up the Bracket, The Libertines ne baisse de rythme. Enfin si, un peu, le temps de quelques ballades ou introductions plus calmes, mais c’est juste pour laisser l’auditeur reprendre son souffle avant de repartir de plus belle. On n’a donc jamais le temps de s’ennuyer, car même si la plupart des titres sont sur le même rythme, jamais on n’a l’impression d’entendre 12 fois le même morceau. 12 morceaux qui plus est de grande qualité, sans aucun qui ne soit réellement en retrait. Cet album tient vraiment du concentré : concentré d’énergie, d’enthousiasme et de qualité… pour ne pas dire de bonheur.

Le meilleur titre Up the Bracket est à mon sens Boys in the Band. C’est sans doute le morceau où The Libertines fait preuve d’une réelle maîtrise. L’énergie est toujours là, mais moins brute de décoffrage. On se dit alors que cet album pourrait donc encore être meilleur. Certes, mais il y perdrait sans doute beaucoup de sa singularité et de son charme. Bref, on ne peut pas tout avoir dans la vie, ceci en constitue une nouvelle preuve.

La grande qualité de Up the Bracket tient vraiment de la synergie entre Pete Doherty et Carl Barat, car aucun de leurs projets suivants n’a atteint les mêmes sommets. Les recettes étaient les mêmes, l’énergie bien présente, mais il manquait cette petite étincelle de génie qui parcourt tout un album et non seulement un single ou deux. Un peu comme les Beatles en somme… Bon, pas sûr que l’histoire laisse une même place pour ces deux groupes, mais on espère tout de même que la reformation de The Libertines aboutisse à de nouveaux albums.

Up the Bracket est donc un petit bijou, au son punk festif, taillé dans l’énergie pure.

Avant d’achever cet avis, faisons le tour des titres de cet album.

1.: Vertigo
Un rock jazzy et entraînant pour débuter.

2.: Death On The Stairs
Un son beaucoup plus brute de décoffrage et débordant d’énergie.

3.: Horror Show
Toujours dans l’énergie, porté par l’enthousiasme, à défaut de maîtrise.

4.: Time For Heroes
Une instrumentation plus mélodieuse, mais toujours portée par une grande énergie.

5.: Boys In The Band
Un morceau plus maîtrisé et qui du coup est vraiment excellent.

6.: Radio America
Une chanson calme qui permet de reprendre son souffle.

7.: Up The Bracket
Pure énergie pour un titre qui donne envie de sauter partout.

8.: Tell The King
La voix est ici plus mise en avant, pour un titre qui reste très bon.

9.: Boy Looked At Johnny
Ca repart dans tous les sens ! Mais c’est bon !

10.: Begging
Entre calme et énergie, toute la palette de The Libertines en une seule chanson.

11.: Good Old Days
L’énergie monte doucement dans ce titre vraiment excellent.

12.: I Get Along
De l’énergie à revendre, à l’image de l’album tout entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.