THE MURDERER : En Corée, noir, c’est noir !

themurdererafficheLe film noir coréen est à l’honneur sur nos écrans en ce mois de juillet. Après le formidable J’ai Rencontré le Diable, voici The Murderer qui nous plonge dans certains aspects assez inavouables de la société du pays du matin calme. S’il n’est pas tout à fait aussi inoubliable que son prédécesseur, cette nouvelle pépite venue de Séoul nous rappelle pourquoi ce genre est si populaire dans ce pays.

Gu-nam vit dans la province chinoise de Yanbian, frontalière de la Corée. Sa femme est partie là-bas, mais ne lui donne plus de nouvelles et ne lui envoie pas non plus l’argent promis. De son côté, il perd régulièrement aux jeux l’argent qui devrait servir à rembourser à un malfrat local l’emprunt contracté pour organiser le départ de son épouse. Un jour, il se voit proposer un deal pour éponger sa dette : partir en Corée pour assassiner un homme et, s’il en a le temps, retrouver sa femme.

The Murderer se caractérise d’abord par une intrigue remarquable. Si le sujet de départ est classique, un homme forcé à commettre un crime pour rembourser une dette, elle va se dérouler, s’enrichir et rebondir plus d’une fois. On ne sait jamais où tout cela va finir par nous mener et cela permet au spectateur de rester dans l’histoire, malgré la relative longueur de ce film. Un bon scénario, c’est la première qualité que doit posséder un film noir. Mission accomplie à ce niveau-là.

Mais The Murderer ne s’arrête pas là. Il brille aussi par ses personnages. Un film noir n’est jamais manichéen et celui-là n’échappe pas à la règle. Simplement, on finit par devoir prendre partie dans ce monde peuplé de truands sans envergure et sans grand sens moral. Aucun d’eux ne poursuit de nobles objectifs, alors on se met à trembler pour celui qui lutte simplement pour survivre. Les protagonistes ont des caractères assez marqués et assez convaincants pour que leur opposition contribue à rendre l’intrigue particulièrement accrocheuse de bout en bout.

The Murderer est violent, même si on est loin du déchaînement de J’ai Rencontré le Diable. Elle n’y est surtout pas gratuite. Elle permet de nous faire partager le désespoir et la détermination d’échapper à une misère qui vous entraîne toujours plus bas. Elle est montrée de manière très crue et directe, mais jamais indécente. Elle contribue à créer la tension oppressante dans laquelle naviguent les personnages et les pousse à commettre parfois les pires atrocités.

themurdererPlus largement, The Murderer nous retranscrit visuellement avec talent une société gangrénée par la violence et la misère. Ce n’est pas seulement une histoire de truands, mais il y a aussi un vrai fond social sur la condition et l’exploitation des émigrés chinois en Corée. Le film ne s’en sert pas que comme un prétexte ou une toile de fond, mais cherche réellement à faire passer un message sur une situation sur laquelle, à mon avis, beaucoup des compatriotes de Hong-jin Na préfèrent fermer les yeux. Quant à nous, pauvres Occidentaux, nous découvrirons quelque chose dont nous ignorons tout.

The Murderer permet de découvrir encore une fois à quel point la Corée possède des acteurs fantastiques. J’ai l’impression de me répéter puisque je le dis dès que je parle d’un film de ce pays, mais je crois que j’aurais encore et encore l’occasion de le dire. Ce coup-ci, on saluera la performance de Jung-woo Ha et Kim Yun-seok (découvert en France avec The Chaser), les deux acteurs principaux. Mais c’est tout le casting qui est à couvrir d’éloges.

The Murderer constitue donc un excellent film noir sur le fond et la forme. Seul un thème assez classique ne lui permet pas d’être totalement inoubliable. Mais pour le coup, je cherche vraiment la petite bête.

Fiche technique :
Production : Wellmade Starm, Popcorn Films
Réalisation : Hong-jin Na
Scénario : Chihiro Itou, D’après l’oeuvre de Hiroshi Mori
Montage : Kim Sun-min
Photo : Lee Sung-je
Décors : Hwo-kyoung Lee
Distribution : Le Pacte
Son : Seung-yup Lee
Musique : Kenji Kawai, Jang Young-gyu, Byung-hoon Lee
Effets spéciaux : Jang-pyo Hong
Durée : 140 mn

Casting :
Kim Yun-seok : Myun
Jung-woo Ha : Gu-nam
Jo Seong-Ha : Kim Tae-won
Chul-min Lee : Choi Sung-nam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.