UN HEUREUX EVENEMENT : Pas si heureux que ça

unheureuxevenementafficheAprès son excellent Le Premier Jour du Reste de ta Vie, Rémi Bezançon revient avec une nouvelle comédie sur les péripéties de la vie. Cette fois-ci, il n’a vraiment pas choisi un sujet original puisqu’il nous plonge au cœur de ces moments merveilleux que constituent une grossesse puis un accouchement. Enfin, merveilleux… Un Heureux Evénement nous fait vite relativiser.

Nicolas et Barbara sont jeunes, beaux, libre et heureux. Lorsqu’ils apprennent qu’ils vont être parents, c’est évidemment un grand moment de bonheur. Devenir parents, c’est la plus belles chose au monde. Comment peut-il en être autrement, puisque tout le monde vous le dit…

Un Heureux Evénement est un film en deux parties nettement distinctes. La première, qui fait un gros tiers du film, est une comédie légère sur les petits tracas qui peuvent survenir autour d’une grossesse. Malheureusement, cela reste poussif et rarement vraiment drôle. D’ailleurs, si vous avez vu comme moi 2547 fois les bandes-annonces, vous avez déjà vu les deux moments vraiment qui provoque quelque chose qui pourrait ressembler à un éclat de rire. Et encore, au moins dans les bandes-annonces, la chute venait beaucoup plus rapidement. Bref, on se dit que le film est très mal parti.

Puis Un Heureux Evènement change radicalement de ton. Quand l’enfant est là, Rémi Bezançon abandonne définitivement le point de vue du couple pour épouser celui exclusif de la mère. On partage ses doutes, ses états d’âme et surtout la manière dont elle se referme totalement sur sa relation avec son enfant, au risque de voir son couple se désintégrer complètement. Un revirement d’ambiance relativement inattendu et plutôt brutal.

Le problème est que cette deuxième partie, si elle est beaucoup plus intéressante que la première, n’est pas non plus totalement convaincante. En effet, il manque à Un Heureux Evènement une conclusion vraiment claire. On a bien du mal à comprendre ce qu’il se passe réellement dans les dernières secondes et quel est le message que Rémi Bezançon cherche à nous faire passer. Le film serait resté sur le ton de la pure comédie, cela ne poserait guère de problèmes, car ce genre de film n’a alors pas besoin d’avoir un sens profond. Mais en choisissant un ton plus sombre, il interroge forcément le spectateur, qui attend une réponse qui ne vient jamais. Du coup, cela donne un caractère un peu vain à ce film et on en ressort sur une impression très moyenne.

unheureuxevenementRémi Bezançon a pourtant bien des qualités de metteur en scène. Sa réalisation recèle beaucoup de bonnes idées et on appréciera son talent technique et artistique. Mais il n’a pas réussi avec Un Heureux Evènement à trouver une réelle synergie entre la forme et le fond. Du coup, certains effets de style ne semblent pas porter de sens et donc ne nous émeut guère. En fait, globalement il manque à ce film un vrai souffle d’émotion, qui aurait poussé le spectateur à s’attacher aux personnages comme la mère à son enfant. On en est loin et quelques fois, on se dit que Barbara commence à nous ennuyer avec ses questions existentielles.

Rémi Bezançon avait pourtant mis toutes les chances de son côté en réunissant à l’écran le très beau couple Pio Marmai – Lise Bourgoin. Il est vrai que si ces deux là faisaient des petits pour de vrai, je veux bien qu’ils m’en mettent un ou deux de côté. Ceux qui gardent un souvenir ému de la poitrine de l’ancienne miss météo dans le Adèle Blanc-Sec de Besson, en auront encore plus pour leur argent avec Un Heureux Evènement. Mais son talent d’actrice dépasse de très loin son simple physique plutôt avenant il est vrai.

Un Heureux Evènement est donc un film qui nous livre un propos sans grand intérêt, sur un rythme pas très enthousiasmant. A moins d’avoir envie d’être dégoûté d’avoir des mômes, ce film n’aura vraiment rien d’indispensable.

Fiche technique :
Production : Scope pictures, RTBF, Mandarin Cinema – Gaumont, France 2 Cinéma
Distribution : Gaumont distribution
Réalisation : Rémi Bezançon
Scénario : Rémi Bezançon, Vanessa Portal, d’après le roman d’Eliette Abecassis
Montage : Sophie Reine
Photo : Antoine Monod
Décors : Maamar Ech-Cheikh
Musique : Sinclair
Durée : 110 mn

Casting :
Louise Bourgoin : Barbara
Pio Marmai : Nicolas
Josiane Balasko : Claire
Thierry Frémont : Tony
Gabrielle Lazure : Edith
Firmine Richard : la sage femme
Daphné Bürki : Katia
Lannick Gautry : Camille Rose
Louis-Do de Lencquesaing : M. Truffard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.